Couple, Développement personnel

Les 3 livres qui ont changé ma vie de femme

3 livres qui ont changé ma vie de femme

Aujourd’hui je voudrais partager avec vous 3 titres de livres qui ont changé ma vie de femme. Leur lecture m’a apporté un éclairage si puissant et si nouveau que j’y pense encore presque tous les jours. Ils m’aident donc encore des années après les avoir lus !

Cet article participe à l’événement “Les 3 livres qui ont changé ma vie” du blog Des Livres pour changer de vie. Un blog riche en contenu et dont j’apprécie en particulier l’article sur un autre livre qui m’a beaucoup aidée : “les 5 blessures qui empêchent d’être soi-même”

Madame Pas de Soucis vous présente

Alors allons-y, commençons cette découverte !

“Qui a piqué mon fromage ?”, le numéro 1 des livres qui ont changé ma vie

Par Spencer Johnson

Qui a piqué mon fromage ?Pour commencer le “top 3” des livres qui ont changé ma vie, je voudrais vous parler d’un petit conte philosophique à la fois drôle et perturbant – dans le bon sens du terme ! Le livre “Qui a piqué mon fromage ?” de Spencer Johnson est en effet une ressource précieuse quand on doit faire face à un changement et que l’adaptation est difficile.

Cette fable raconte l’histoire de 4 petits personnages semblables à des souris, Flair, Flèche, Polochon et Baluchon, qui vivent bienheureux dans un labyrinthe.
Jusqu’au jour où ils découvrent que la pièce dans laquelle ils trouvent tous les jours leur bon petit déjeuner, du FROMAGE … est VIDE !! Les 4 petits personnages, déconfits mais affamés, partent alors immédiatement en quête d’une nouvelle source de nourriture. Chacun à sa manière, ils évoluent dans le labyrinthe. Ils se cognent plus ou moins contre les murs, mais finissent par trouver, OUAOUHH une nouvelle pièce remplie de fromage : GENIAL ! Nos petits amis prennent donc leurs marques et viennent se restaurer tous les jours dans leur nouvelle cantine….

Oui mais…

Jusqu’au jour où… QUOI ? Oui, bien sûr, un jour cette nouvelle pièce, à son tour, se retrouve vide, tout le fromage ayant été mangé. QUI A PIQUE MON FROMAGE ?? se disent-ils. Deux fois, ça fait beaucoup, surtout que ce fromage ils le voyaient comme un élément de vie fondamental. Pour les uns, le fromage, c’était la prospérité. Pour les autres c’était le travail, ou c’était la santé. Pour Baluchon, c’était simplement se sentir en sécurité, fonder une famille, et posséder un joli pavillon. Polochon quant à lui avait l’ambition de devenir carrément un magnat du fromage : son rêve s’écroulait.

Flair et Flèche avaient bien vu que la quantité de fromage diminuait de jour en jour, ils s’étaient donc préparés à cet événement. En constatant la disparition du fromage, ni une ni deux ils ont donc rechaussé leurs baskets et sont repartis immédiatement dans le labyrinthe en quête d’un nouveau fromage.

Mais pour Polochon et Baluchon, c’est une autre histoire. Ils y tenaient à ce fromage ! C’est un dû, et ils se sentent dépossédés de leur bien : l’injustice est terrible. Alors ils attendent que leur dû leur revienne. Et ils attendent. Attendent. Attendent. Mais évidemment le fromage ne revient pas !

Quoi faire alors ?

Baluchon et Polochon se mettent alors à discuter. Baluchon est assez tenté par l’idée de suivre Flair et Flèche et de repartir à la recherche d’un nouveau fromage, mais Polochon, lui, il veut rester et continuer d’attendre que la situation redevienne comme avant. Il argumente mais Baluchon réfléchit à tout ça et tire de nombreux enseignements. Lesquels ?  Je vous laisse le découvrir en lisant vous-même ce super petit livre. Et je vous laisse découvrir aussi ce qui va finalement se passer pour nos 4 petits personnages attendrissants (qui sont 4 facettes de nous-même, vous l’avez peut-être déjà compris)

Je vais juste vous poser une question tirée du livre, et que je me pose encore souvent à moi-même :

Que ferais-tu si tu n’avais pas peur ?

Baluchon – Qui a piqué mon fromage ?

L’avis de Madame Pas de Soucis

L'avis de Madame Pas de SoucisVraiment, ce petit livre fait réfléchir : il aide énormément à faire face dans les situations qu’on subit mais dont on n’arrive pas à trouver le courage de s’extraire.

Pour moi, ce livre a été LE facteur qui m’a permis de me sortir d’une situation de couple dans laquelle je m’étiolais, mais pour laquelle je n’arrivais pas à me résoudre d’envisager une séparation.

Je vous conseille de le lire et de l’offrir à ceux de vos proches qui ont besoin d’un coup de pouce pour affronter une transition, qu’elle soit professionnelle ou sentimentale.


“Les hommes viennent de Mars, les femmes viennent de Vénus” : pour mes relations de couple, le plus éclairant des livres

par John Gray

Aaaah, les relations homme-femme et les difficultés de communication associées…. Tout un poème ! On a beau parler d’égalité des sexes, il faut tout de même reconnaître que sur pas mal d’aspects, les hommes et les femmes fonctionnent différemment, ne serait-ce que parce que sur le plan anatomique et donc hormonal nous sommes différents ! Aucune des deux manières n’est mieux ou moins bien que l’autre, mais elles sont différentes et c’est ça qui est génial : les deux se complètent ! Ou en tous cas, elles peuvent se compléter si hommes et femmes sont conscients du fait que leurs modes de fonctionnement sont différents… et s’ils apprennent à communiquer en ayant ça en tête. Et c’est tout l’objet de ce super livre : “Les hommes viennent de Mars, les femmes viennent de Vénus“. A lire, à relire… et à pratiquer !

Les hommes viennent de mars les femmes viennent de vénusPersonnellement, depuis que j’ai lu ce livre en 2008, je ne compte plus le nombre de fois où la connaissance du fonctionnement “martien” tel qu’il est décrit dans le livre m’a aidée à comprendre certaines habitudes de mon compagnon. Aujourd’hui, une fois géré le moment émotionnellement compliqué grâce aux techniques de gestion du stress que j’évoquais dans cet article, j’arrive vraiment à adapter ma façon de faire ou la manière de formuler mes demandes. Mon amoureux martien et moi en ressortons alors compris et apaisés, pour le plus grand bien de notre couple ! 🙂

 

Que trouve-t-on dans ce livre ?

Voici les grandes lignes de ce que vous trouverez dans le livre :

  • Les deux erreurs les plus communes dans la communication homme-femme : les hommes ont tendance à proposer des solutions sans prendre en compte la sensibilité de leur compagne ; les femmes ont tendance à donner des conseils gratuits et finalement ont tendance à régenter la vie de leur partenaire
  • Dans les situations difficiles, générant du stress, les hommes ont tendance à s’isoler et méditer sur ce qui les préoccupe ; les femmes ont à l’inverse besoin de parler de leur problème pour en alléger le poids
  • Les hommes ont besoin de se sentir utiles ; les femmes ont besoin de se sentir aimées
  • A situation équivalente, les mots utilisés par les hommes pour formuler une demande ne sont pas les mêmes que ceux choisis par les femmes. Il en découle souvent une grande incompréhension par rapport au résultat de la discussion !
  • Les hommes sont “comme des élastiques” : ils sont par moments très rapprochés de leur compagne, mais ils ont aussi besoin de moment un peu éloignés d’elle… pour mieux revenir auprès d’elle ensuite.
  • Les femmes sont “comme des vagues” : il y a une dimension cyclique dans leurs façons de faire et d’être. Pour étayer ce point, je rajoute qu’effectivement, quelle femme n’a jamais eu l’envie de tout envoyer promener les jours qui précèdent ses règles ? Je dis cela sans jugement, c’est juste hormonal ! Etre cyclique est ce qui permet à une femme d’avoir un enfant, il ne faut pas l’oublier.
  • Les hommes et les femmes ont tendance à donner le genre d’amour qu’ils aimeraient recevoir eux, pas le genre d’amour que le sexe opposé aimerait recevoir. Les hommes recherchent un amour fait de confiance, de tolérance et d’admiration. Les femmes préfèrent qu’on leur voue un amour empreint de tendresse de compréhension et de respect.
  • Comment éviter les disputes (intéressant, non ?)
  • En amour, les hommes et les femmes ne “comptent pas les points” de la même manière. Par exemple, les vénusiennes accordent une valeur égale à n’importe quel cadeau d’amour qu’il soit tout petit ou somptueux (vous n’êtes pas d’accord ?)
  • Homme ou femme, il faut partager ses émotions, certains outils ou techniques permettent de le faire facilement
  • Pourquoi les vénusiennes ont du mal à demander un soutien moral, et pourquoi quand elles s’y efforcent les martiens ne répondent pas à leur demande. Vous verrez qu’il s’agit là encore simplement de s’appliquer à choisir les mots que le martien pourra entendre, dans la manière de formuler la demande.
  • Les 4 saisons de l’amour : les phases de sentiments par lesquels les couples passent la plupart du temps

Parmi tous les éclairages apportés par le livre, il y a une petite synthèse que je voudrais soumettre à votre réflexion mais aussi à votre ressenti profond : 

 

La plus grande crainte de l’homme est de se révéler incompétent, ou pas à la hauteur d’une situation.

Il est terrifiant pour une femme de décider de donner moins à un homme pour recevoir plus de lui.

Les femmes ont peur de recevoir, les hommes ont peur de donner.

Les hommes viennent de Mars, les femmes viennent de Vénus

Que pensez-vous de cette citation ? Je serais heureuse de le savoir, dîtes-le moi en commentaire ! 

L’avis de Madame Pas de Soucis

L'avis de Madame Pas de SoucisC’est un livre très riche en contenu, qui demande un peu de temps pour être assimilé. Je vous suggère d’y revenir plusieurs fois, surtout en cas de conflit ou d’incompréhension avec votre compagnon.

A mon sens, il est cependant parfois un peu trop “tout blanc” ou “tout noir”- peut-être un peu old school. Ce que je veux dire c’est que de nos jours, même si on est une femme, dans certaines situations, on a des comportements de martien. L’éducation d’aujourd’hui n’est plus celle d’autrefois, et la société actuelle attend souvent des femmes d’agir comme des hommes, notamment sur le plan professionnel. Ça finit par déteindre sur le comportement à la maison !

Du coup, à mon sens, par rapport aux conseils du livre, il faut un peu nuancer et voir que dans chaque situation qu’il y a deux façons de faire, une qui est plus Yin et l’autre qui est plus Yang. En cas de difficultés relationnelles dans son couple, qu’on soit homme ou qu’on soit femme, il est intéressant de se demander si, dans cette situation-là, on est plutôt avec des besoins / attitudes yin ou des besoins / attitudes yang. Si la réponse est yin, vous pouvez vous reporter aux conseils du livre qui parle aux vénusiennes, si la réponse et yang, reportez-vous aux conseils pour les martiens !


“Ho’ oponopono”, un livre presque magique

Le secret des guérisseurs hawaïens, par Maria-Elisa Hurtado-Graciet et le Dr Luc Bodin.

Un drôle de nom pour un livre, facile à retenir, facile à expérimenter… et dont les résultats sont bluffants, c’est vraiment un truc à tester. Probablement le plus simple des livres qui ont changé ma vie mais le plus puissant dans sa capacité à apporter du positif dans sa vie.

Oh'oponoponoTout d’abord, c’est quoi ce nom bizarre me dîtes-vous ? Ho’ oponopono est le nom d’une philosophie de vie qui puise son origine dans les traditions hawaïennes. Le terme signifie “corriger ce qui est erroné” ou  “rendre droit”. Ho’ oponopono a été mis au point au 20ème siècle par la chamane Morrnah Simeona, puis par le Dr Ihaleakala Hew Len et Joe Vitale. Cette vision de la vie est très puissante vous allez voir ! Elle permet de surmonter les obstacles du moment et de transformer quelque chose qui pourrait être un point négatif de votre vie en un point positif de plus grande ampleur.

Après avoir lu ce livre, je me suis dit au début “bon ok, c’est sympa ce truc, mais il faut vraiment être naïf pour y croire pour de bon”. Mais au fond de moi, quelque chose me disait que ça ne me coûtait rien de tester : après tout, le premier principe de cette philosophie est de retrouver la paix intérieure, et moi à ce moment-là j’avais besoin de ça. A cette époque, j’étais chef de projet, il y avait des tensions entre un membre de mon équipe et moi, et je finissais souvent la journée épuisée d’avoir dû contrôler tout le bouillonnement émotionnel généré par nos échanges un peu houleux. La jeune femme en question – Laura (*)  –  avait en effet le chic pour remettre en question toutes mes demandes ou décisions en lien avec ce projet pour lequel je me démenais pour qu’il aboutisse en temps et en heure. Et ça freinait tout, je n’en pouvais plus.

La cata

Un soir que je terminais tard ma journée de travail – encore –  je me suis retrouvée à enchaîner les galères. Des choses anodines si on les regarde individuellement, mais qui toutes mises bout-à-bout formaient la goutte d’eau qui faisait déborder le vase de ma fatigue nerveuse. Imprimante qui fait un bourrage papier juste au moment d’imprimer les derniers documents avant de rentrer, téléphone portable qui tombe en rade de batterie – et pas de chargeur avec moi,  chasse d’eau des WC qui débloque…

A chaque tuile, je souffle un bon coup, et j’applique les conseils de Ho’ oponopono que je vais vous donner dans un instant. Bref, je finis ENFIN par quitter les bureaux, un peu agacée mais largement moins que ce que ça aurait pu vu l’état d’énervement dans lequel j’étais les jours précédents. 

J’arrive sur mon quai de métro, il y a un peu de monde, mais je repère assez vite à quelques mètres de moi la fameuse Laura. Pas envie de discuter, je baisse les yeux et je m’éloigne d’elle en plongeant le nez dans les papiers que je venais d’imprimer en partant. Ho’ oponopono, vite ! Mais là, re-tuile : sur le quai le haut-parleur crépite et on nous annonce que suite à un incident, qu’il n’y a plus de métro, circulation coupée, “nada”, “no train”, merci de vous débrouiller tout seul pour rentrer chez vous par vos propres moyens… Un soupir, un petit ho’ oponopono… Ça va mieux, mais j’ai quand même un problème : mon portable est en rade, et je ne sais pas comment faire pour rentrer chez moi ! C’est alors que j’entends “salut Valérie, toi aussi tu es coincée ici ?”  Laura avait suivi le flot de voyageurs mécontents qui remontaient vers la surface, et était arrivée à ma hauteur. Je me mets un sourire – un peu crispé – sur le visage et je réponds “oui, il y a des jours comme ça… ”  Bon, on est coincées ensemble maintenant ! Un petit ho’ oponopono intérieur m’apaise et j’enchaîne alors poliment : ” Tu habites loin ?” 

La découverte

Nous voilà donc en train de meubler la conversation le temps de nous retrouver en surface à la recherche d’un moyen de transport de remplacement. Une fois dans la rue, Laura sort son téléphone pour chercher un bus mais je suis obligée d’avouer que je suis embêtée car mon téléphone n’a plus de batteries, et que je ne peux pas rechercher un itinéraire bis. Je rajoute : “tout est compliqué en ce moment”. Je vois alors son visage se détendre un peu, et elle me dit “attends, je vais regarder pour toi aussi”. Et bien sûr devinez quoi ? Eh oui, on devait prendre le même bus pour rejoindre la même gare RER et regagner nos pénates respectives (je vous jure que c’est vrai !) Un petit ho’ oponopono encore…

Le bus que nous devons prendre n’est pas tout à côté du métro, alors nous marchons côte à côte dans la rue, et nous continuons à discuter. C’est un peu froid au début, mais l’une comme l’autre commençons à nous détendre, et Laura finit alors par me dire que pour elle aussi, ces temps-ci c’est compliqué. Elle m’explique alors un peu ce qu’elle vit, et à ce moment-là, c’est comme si une illumination me tombe du ciel :  je comprends alors ENFIN pourquoi elle agit comme ça sur le projet ! Mon cœur se remplit de compassion, et toute mon animosité contre elle tombe d’un coup. Sur ce trajet retour – assez long avec les péripéties de bus que je vous épargne, nous finissons par parler de beaucoup de choses, et devenons presque amies.

A partir de ce jour-là, nous avons bien réussi à travailler ensemble, et grâce à sa vigilance bien intégrée avec le travail du reste de l’équipe, nous avons pu réussir le projet.

Si je n’avais pas eu toutes ces tuiles ce soir-là, et si je n’avais pas été apaisée par mes ho’ oponopono, je n’aurais certainement pas eu cet échange à cœur ouvert avec Laura, et le projet ne serait certainement pas sorti comme il est sorti. A titre humain et à titre professionnel, pratiquer ho’ oponopono m’a apporté beaucoup !

Alors si maintenant vous vous demandez ce que c’est que de pratiquer ho’ oponopono, je vais simplement vous conseiller de fermer les yeux, de respirer par le ventre quelques secondes, et de réciter intérieurement 3 fois, en pleine intension, le mantra suivant :

Désolée, pardon, merci, je t’aime

Ho’ oponopono

Facile à pratiquer, n’est-ce pas ?

Pour l’explication du “désolée pour quoi” et du “merci à quoi”, lisez le livre : ce sont 130 pages qui se lisent très bien ! 😉

L’avis de Madame Pas de Soucis

L'avis de Madame Pas de SoucisPour moi, ça a été un livre révélation : la démonstration par A + B que vivre du négatif, on s’en passerait bien, mais que ça peut amener un positif plus grand… si on est dans le bon état d’esprit, celui qui attire le positif ! (Si vous connaissez un peu la loi de l’attraction, vous voyez de quoi je parle)

(*) Le prénom a été changé pour préserver l’anonymat de la jeune femme. “Laura”, si tu te reconnais, saches que ce jour-là tu m’as fait un magnifique cadeau et je t’en remercie ! 🙂


Pour aller plus loin

A vous de jouer !

Dans cet article, je vous ai présenté les 3 livres qui ont changé ma vie de femme, mais surtout j’ai essayé de vous transmettre les clés importantes issues de ces livres, des clés qui vont vraiment vous faciliter la vie. On pourrait presque dire que ce sont des clés secrètes, que je vous donne de femme à femme.

Vous n’y croyez pas ? Faîtes-moi plaisir et testez pendant une semaine : vous me ferez vos retours en commentaire !

#madamepasdesoucis #deslivrespourchangerdevie #developpementpersonnel

Cet article vous a plu ? Vous êtes libre de le partager ! ;-)

5 commentaires

  1. Oh merci pour ce partage, tu écris très bien mais grrr ! Je reste sur ma faim pour l’anecdote du premier livre !
    Et tu m’as donné envie de lire Hoponopono, depuis le temps que j’en entends parler… mais jusque là ça me semblait un peu niais. Tu m’as convaincue, merci !
    Enfin d’accord avec toi sur Venus, beaucoup de clichés et c’est une bonne idée de voir ça en Yin/ yang. Et ça m’a aussi aidée à mieux compulsions le sexe opposé (en ce sens, je conseille aussi de se renseigner sur les 5 langages de l’amour !).

    1. Valérie Lehman a dit :

      Contente d’avoir pu attiser ton intérêt ! Les 5 langages de l’amour ? Je ne connais pas, je vais aller voir ça, merci ! Je connaissais les 52 clés pour vivre l’amour par contre, qui est bien aussi (j’en parlerai surement dans un prochain article d’ailleurs)

  2. “Les Hommes viennent de Mars et les femmes de Vénus”, je l’ai lu il y a des années. Au-delà d’apprendre pourquoi la communication ne passe pas bien entre homme et femme, il m’a permis de comprendre la communication à l’autre en général. Un vrai bijou à lire absolument !
    Les deux autres semblent super intéressants, je vais me les procurer. Merci pour ces découvertes !

    1. Valérie Lehman a dit :

      Bonjour,
      Très heureuse d’avoir pu vous guider avec cette sélection de livres !
      A bientôt

  3. […] numéro 37 : Les 3 livres qui ont changé ma vie de femme, par Valérie du blog Madame Pas De […]

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :