Stop à la charge mentale

Comment concilier vie de famille et travail / passion ?

Equilibre travail famille

J’adore mon métier. Vraiment ! Depuis 2011 que j’ai décidé de mettre ma vie au service des personnes en recherche de bien-être, je me lève tous les matins avec tellement de joie ! Mon travail, c’est ma passion. Vous aussi vous avez une passion ? Moi, en particulier, j’adore écrire sur ce blog. Depuis 2021 que je l’ai lancé, j’ai reçu des dizaines de commentaires chaleureux : ça me donne envie chaque jour d’en faire encore plus. D’écrire plus d’articles / de tourner plus des vidéos / d’enregistrer plus d’épisodes sur mon podcast…. Mais pour moi aussi, les journées ne font que 24 heures, et je suis non seulement une professionnelle du bien-être et blogueuse mais aussi maman avec 3 enfants à la maison. Et ma vie de famille, j’y tiens énormément, même si elle me demande beaucoup d’énergie ! Entre la logistique (courses / ménage / rangement…), la fatigue (quel marathon d’enchaîner journée de travail et vie de maman ! ), et la fameuse CHARGE MENTALE MATERNELLE que ça implique (RDV médicaux à penser/ activités sportives / vêtements à racheter et j’en passe) je ne m’ennuie pas…. Si vous lisez ceci, c’est que vous savez probablement ce que c’est ! Alors, comment tout faire « rentrer dans les cases » et concilier vie de famille et travail /passion? Pas de soucis, la solution est ici ! En tant qu’ancien chef de projet, j’ai mis au point une super méthode en 4 étapes, dont je vous livre le secret ici !

Madame Pas de Soucis vous explique comment concilier passion et vie de famille

Etape 1 : éteignez le feu

La vie n’est pas un long fleuve tranquille…. Vous êtes d’accord ?

Je peux en parler à titre personnel encore récemment. Par exemple, la fin d’année 2022 a été très compliquée pour moi.

Côté pro, mon activité en libéral est passée par un passage à vide – contexte économique oblige : cela m’a créé beaucoup d’inquiétudes – notamment financières – et fait beaucoup réfléchir et travailler à des solutions possibles. Côté blog, je m’étais lancée le défi de produire 1 vidéo anti charge mentale chaque jour pendant 30 jours. Un agenda plus que chargé !

Sur le plan personnel c’était compliqué aussi : j’ai vécu une déception amicale importante, et j’ai perdu un être cher… Deux pertes qui m’ont beaucoup affectée

Avec pour couronner le tout ma charge mentale de maman au taquet. Comment accompagner au mieux les difficultés de mon fils pour s’adapter au CP ? Comment préparer sa fête d’anniversaire avec tous ses amis dont plusieurs n’étaient pas dispo (il a fallu faire la liste des invités deux fois) ? Comment gérer la perte de ses premières dents de lait (Entre « oh, mon bébé a grandi !… » et « Au fait on fait passer la petite souris ? ») ? Comment organiser 3 repas de fêtes de famille (avec / sans belle-famille / famille / beaux enfants) pour la fin d’année….

Berf, j’avais l’impression d’être dans le tambour de ma machine à laver en mode essorage à fond. J’étais très inconfortable dans tous mes domaines de vie.

Maman débordée qui jongle avec ses tâches

Face à ça, j‘essayais d’être partout : je m’épuisais à faire des journées de malade… et pourtant finalement je n’arrivais à être nulle part ! Je finissais par culpabiliser de ne pas être avec ma famille quand je travaillais, et par culpabiliser de ne pas travailler quand j’étais en famille. Avec du coup une mauvaise humeur qui me rendait très désagréable à vivre – mon compagnon a heureusement beaucoup de patience (merci mon Amoureux de m’avoir supportée).

J’avais l’impression d’avoir tout faux, tout le temps. De perdre sur tous les tableaux. L’horreur.

Connaissant bien le sujet pour l’accompagner chez les autres, au bout d’un moment j’ai fini par voir les voyants d’alerte qui clignotaient dans tous les sens. (Car quand c’est pour soi, on est souvent aveugle alors qu’on voit très bien les choses chez les autres.)J’ai alors respiré un grand coup et je me suis posée un tout petit peu pour réfléchir posément à la meilleure stratégie à tenir.

J’ai donc commencé par faire un état des lieux. Pour ça je me suis posée les questions suivantes :

  • Finalement, sur quels sujets je « travaille » en ce moment ?
  • Quelle est la criticité de chacun de ces sujets ?
    • Est-ce que c’est « grave » si ce sujet n’est pas traité (ou pas traité tout de suite) ?
    • Qu’est ce qui est le plus urgent ?

Au final, comment je m’organise pour ne pas rater le coche sur les sujets importants ?

Je vous raconte ça dans le détail tout de suite.

La liste

Pour concilier vie de famille et passion, il faut commencer par faire un état des lieux

J’ai donc commencé par faire la liste de tout ce que j’avais en cours… C’était un peu pénible au début, mais au final faire cette liste m’a fait beaucoup de bien pour 2 raisons.

D’abord parce que j’ai vidé ma tête de tout ce qui tournait en boucle régulièrement dedans. Vous savez, tous les « ah oui il faut aussi que je pense à ». Je suis sûre que vous connaissez cette petite phrase si typique de la charge mentale ! Maintenant que c’était écrit, je ne pouvais plus oublier et donc je n’étais pas obligée de me dire tout le temps « je dois me rappeler que, je dois me rappeler que… » Quel calme dans ma tête tout à coup !

Ensuite ça m’a permis de me rendre compte que j’avais vraiment BEAUCOUP de sujets en cours ! Concilier vie de famille et travail ça me faisait une sacrée liste de tâches ! Ma to-do list était sacrément longue. Du coup j’ai déculpabilisé, j’ai arrêté de m’en vouloir de ne pas réussir à tout faire.

Les bonnes priorités

Commencez par regarder comment traiter les urgences et éteindre le feu

Une fois la liste en mains, en bon chef de projets, j’ai donc utilisé la matrice d’Eisenhower et évalué l’importance et l’urgence de chaque sujet pour définir mes priorités. Car oui, c’est fondamental : pour concilier vie de famille et travail / passion, il faut être au clair sur ses priorités !

Limportance

Ainsi pour chacun de ces points j’ai essayé de porter le regard le plus objectif possible sur l’importance de chaque tâche, que j’ai traduit en gravité de la tâche. Je me suis posée la question suivante : « Comment je me sentirai dans quelques mois / années quand je porterai un regard sur ce qui se passe maintenant ? Est-ce que je ne risquerais pas de le regretter si cette tâche n’est pas faite ? »

Par exemple pour l’anniversaire de mon fils, ne pas forcément mettre les petits plats dans les grands, dans l’absolu, ça n’aurait probablement pas été la fin du monde. Mais les enfants grandissent si vite ! Je n’avais pas envie de me dire dans quelques années que l’année de ses 6 ans, moi sa Maman j’aurais été à moitié absente et j’aurais bâclé son anniversaire, alors que pour l’instant la présence de sa maman est importante pour lui. Non, pour moi ce qui était important, surtout après le deuil que nous venions de vivre, c’était que cette fête soit mémorable pour lui – et pour moi du coup aussi. Ce sujet avait donc une grande importance pour moi.

Du coup j’ai consacré du temps sur le thème que j’avais choisi pour son anniversaire (les pirates). J’ai réfléchi à la déco, aux petits accessoires de pirates que recevrait chaque enfant pour la fête (chapeau en carton, bague, cache-œil, fausse moustache et tatouages temporaires), au gâteau en drapeau de pirate. Et pour que l’après-midi soit mémorable, je me suis lancée sur l’organisation d’une jolie petite chasse aux trésors dans la maison, avec à la fin la découverte d’un coffre de pièces (en chocolat) construit en DIY sur la base d’une boîte à chaussure customisée (fait grâce au super tuto de Quizotresor)

L’anniversaire a été un grand succès : je suis très heureuse d’avoir vu les yeux des enfants pétiller de joie tout l’après-midi !

Je ne résiste pas à l’idée de vous montrer le résultat de mon travail, dont je suis plutôt fière ! 😉

D’ailleurs, j’y pense, si vous aussi vous aimez bien les chasses aux trésors, je vous invite à découvrir le blog de mon amie Hélène, qui en regorge : https://lachasseauxjeux.fr/ . Sur ce coup là j’ai voulu élaborer tout ça toute seule (je m’y suis mise trop tard pour mettre en pratique les conseils de son site), et je vous avoue que du coup j’étais un peu charrette pour tout boucler en temps et en heure… Mais j’ai fini juste à temps !

Et ça m’amène au point suivant.

L’urgence

J’avais donc de grandes ambitions pour cet anniversaire, mais je me suis décidée tard par rapport à la date prévue : le sujet était devenu non seulement important mais aussi urgent ! Du coup je n’avais pas le choix : il fallait que je bloque du temps pour ça. J’ai donc du faire des arbitrages ! Eh oui, les journées ne font que 24h chez moi malheureusement !

Pour organiser tout ça, j’ai dû choisir quelles taches j’allais reporter à plus tard. Par exemple, écrire pour mon blog mon article sur les bonnes résolutions, c’était important pour moi, mais moins urgent ! Je me suis donc mise d’accord entre mon MOI de Maman et mon MOI de blogueuse et trouvé un accord entre les deux.

Madame Pas de Soucis vous suggère contre la charge mentale

C’est une recette secrète très efficace : pour faire des arbitrages sereins, il faut faire « discuter » les différentes facettes de vous-même ! Votre VOUS de professionnelle, votre VOUS de maman, votre VOUS passionnée, votre VOUS d’épouse, votre VOUS de fille / soeur / cousine… Vous pouvez vraiment (sans être atteinte d’une maladie mentale, promis !) les voir comme des personnes différentes d’une même équipe, et qui s’expriment dans votre quotidien à tour de rôle. Pour être bien dans votre vie et que l’équipe gagne, il faut que chaque membre de l’équipe y trouve son compte et s’épanouisse !

Bref, après cette concertation donc, j’ai pu passer à l’action suivante.

La planification

Pour concilier vie de famille et travail / passion il faut répartir son temps entre ses activités et les planifier

Car l’étape d’après c’est ça : planifier les tâches. Noter dans son agenda le jour et l’heure où les tâches seront faites.

Bien sûr, il faut que ce soit réaliste, atteignable. Si vous savez qu’il vous faut 4h et que vous ne bloquez qu’une heure, ça ne va pas marcher. Ne vous mettez pas dans le rouge, ni dans la culpabilité de ne pas avoir fini ! Pour réussir à atteindre un objectif il faut qu’il soit SMART comme on dit !

Suite à la « conversation » entre les différentes facettes de ma vie, j’ai décidé que le temps initialement prévu dans mon agenda pour le blogging serait finalement utilisé pour les préparatifs de la petite fête.

Du coup, c’est le soir après dîner pendant 4 jours que j’ai bossé sur l’anniversaire….. et j’y suis arrivée !

OUF !

Voilà, vous savez maintenant comment j’ai fait pour « gérer » dans cette phase de vie tumultueuse où tout m’est tombé dessus d’un seul coup. Mais ça ne s’arrête pas là !

Car, traiter les urgences c’est bien, mais éviter de se mettre dans le rouge, c’est mieux. Non ? Car le but c’est bien de concilier vie de famille et travail / passion de manière sereine !

Je vous dis comment faire ça tout de suite.

Etape 2 : établissez une routine qui concilie vie de famille et passion

A vouloir m’investir à 150 % sur tout, comme beaucoup de mamans le font, j’ai fait un début de burnout il y a quelques années. Sans doute car j’étais atteinte d’une forme poussée du syndrome du besoin de reconnaissance

De cette période de ma vie, j’en ai tiré la leçon suivante, que je citais plus haut mais qui est vraiment super importante : les journées ne font que 24 heures !

24h ça peut paraître court…. mais en fait c’est énorme ! En vrai, on peut faire un max de choses en 24 heures… à partir du moment où on sait ce qu’on doit faire pour être dans les clous par rapport à ses objectifs, et qu’on est efficace pour traiter les sujets. Je développerai ce point de l’efficacité dans un futur article.

Car pour concilier vie de famille et travail / passion, qui sont deux sujets qui appellent un investissement personnel important, la clé c’est le TEMPS.

Le temps peut vraiment être un super outil : avec lui les choses ne sont ni toutes blanches, ni toutes noires. Elles ne sont pas radicales, ni clivantes. On a à notre disposition toute une gamme de niveaux de gris entre les deux.

Je m’explique.

Dans ma vie par exemple, ce n’est pas « je choisis ENTRE être maman ET être blogueuse » (blanc ou noir). Dans ma vie, c’est « je choisis à quels moments je suis maman et à quels moments je suis blogueuse« . Vous sentez la différence ? Du coup, grâce au temps je peux faire glisser le curseur où je veux pour donner la priorité à l’une ou l’autre de mes facettes de vie, alternativement, en fonction des besoins, des envies, et des urgences.

Ca marche d’autant mieux que si on fait ça posément et de manière juste, les différentes facettes de soi-même dont je vous parlais plus haut y trouvent leur compte… et elles vous laissent tranquille quand vous traitez les sujets de la facette à qui vous avez donné la priorité à un instant T. Et ça, ça décuple l’efficacité.

Concrètement, ce qu’il vous faut c’est établir une routine hebdomadaire et / ou mensuelle. VOTRE routine à vous. Celle où vous savez les jours et heures où vous vivez pleinement votre passion. Et les moments où profitez de moments de qualité en famille. C’est clair, réfléchi. Pas de regrets ou de culpabilité. L’équilibre est là.

Moi par exemple, une semaine sur deux le soir c’est moi qui vais chercher mon fils à l’école, et qui prends soin de lui (douche, devoirs, dîner, histoire du soir, câlin, dodo). La semaine qui suit, je travaille plus tard : c’est mon mari qui s’occupe de notre fils pendant que je consacre du temps à mon travail. C’est équilibré. Entre mon mari et moi, mais aussi entre Moi et Moi.

Autre exemple : le soir quand le petit est couché, je profite de mon début de soirée avec mon mari dans le salon, les ados étant montés dans leur chambre. Et après 45 min environ, on se dit bonne nuit : je me mets sur mon blog, pendant que lui va se coucher (il tombe de sommeil bien plus tôt que moi ). J’ai donc là encore le soir une technique pour concilier vie de famille et travail / passion.

Le temps, c’est la clé, je vous dis !

Enfin, c’est la clé principale. Car il y en a une autre qui est fondamentale. Laquelle ? Voyez plutôt.

Etape 3 : jouez-la collectif !

Le sujet de cet article, c’est comment concilier vie de famille et travail / passion. On parle de « vie de FAMILLE », vous voyez où je veux en venir ? Oui c’est ça, exactement : vous n’êtes pas seule dans l’équation !

pour concilier vie de famille et passion, il faut fonctionner en équipe

Pour que votre organisation fonctionne, il faut deux choses.

Premièrement, par rapport à votre organisation à vous, il est fondamental de partager votre idée de « planning entre vous et vous  » avec votre conjoint (et vos enfants en fonction de leur âge) . Si vous ne voulez pas aller au clash assez rapidement, il faut à la fois que les membres de la famille voient que vous leur réservez du temps à eux, et à la fois qu’ils comprennent et respectent le fait que vous ayez besoin de temps pour votre passion. Il faut communiquer et que tout le monde adhère.

Le mieux c’est donc d’exposer à votre conjoint (et éventuellement enfants, donc) vos difficultés actuelles à concilier vie de famille et travail / passion. Vos difficultés d’organisation mais aussi et surtout ce que ça vous fait vivre. Puis vous leur expliquerez vos idées sur la façon d’organiser les choses : la façon dont vous pensez placer le curseur entre vos deux facettes de vie. Enfin vous leur demanderez ce qu’ils en pensent, si c’est OK pour eux, ou s’ils ont d’autres idées. Le brain storming c’est souvent très enrichissant !

Madame Pas de Soucis vous suggère contre la charge mentale

Si vous avez du mal à formuler tout ça, je vous suggère d’utiliser lire mon article sur la CNV, la communication non violente.

Deuxième chose, dans « vie de famille », il y a aussi VIE. Comprendre « vie commune ». Tout le monde vit dans cette maison qui est la vôtre, tout le monde y pratique ses activités / la salit / y mange. Il est donc normal que tout le monde participe à son rangement / la nettoie / contribue aux courses. Même les enfants (à leur niveau s’ils sont jeunes bien sûrs) !

Par exemple, pour faire les courses, au lieu de faire ça en mode corvée, vous pouvez faire ça en mode « sortie en famille », et faire les courses en équipe. Cela permet de faire les courses de manière à la fois sympathique et efficace. En plus, chacun peut y aller de son idée de menu ! Vous pouvez donc transformer un quotidien récurrent barbant en moment de partage en famille.

Vous n’êtes pas seule ! Il y a tout un tas de choses où vous pouvez déléguer ! Par exemple, mon fils adore passer l’aspirateur depuis qu’il est petit. Ce n’est pas parfait, c’est vrai, mais si moi je n’ai plus qu’à ramasser les 3 miettes qu’il n’a pas vues, je prends !

Idem pour la préparation des repas : avec mon compagnon, nous avons tacitement organisé les choses de manière complémentaire : comme j’aime bien préparer les repas (pour l’aspect culinaire mais aussi pour l’aspect de l’équilibre alimentaire) c’est moi qui fais la cuisine. Mais après dîner, quand je monte coucher le petit, c’est lui qui range la cuisine. Travail d’équipe je vous dis ! Du coup, dès que notre fils s’est endormi, on est prêts pour se retrouver pour notre petit bout de soirée à nous.

Une fois que les choses sont en place dans la théorie, il faut passer à la pratique !

Etape 4 : conciliez vie de famille et travail / passion de mieux en mieux de jour en jour

Vous avez établi votre planning ? Parfait ! Maintenant il vous suffit de suivre votre routine… Et de voir comment ça se passe !

Ca marche ? Parfait, PROFITEZ de votre vie de famille ET de votre passion !

Ca ne marche pas ? Voyez comment ajuste le curseur différemment ! Revoyez votre copie et améliorez les choses de manière itérative.

Peut-être qu’il sera alors nécessaire de revoir à la baisse certains de vos objectifs en lien avec votre passion, comme faire tel ou tel temps au prochain semi marathon que vous allez faire. Peut-être que vous ne pourrez pas accompagner vous même votre enfant à TOUS ses cours de danse / musique / judo. Mais ce qui compte ce n’est pas la quantité, c’est la QUALITE.

Ce qui compte c’est de vous sentir globalement équilibrée, et présente pour les moments importants. Comme quand on jongle avec des balles de jonglage : peut-être que le lancer n’est pas aussi droit que vous auriez aimé, mais ce qui compte c’est de rattraper les balles au bon moment pour pouvoir les relancer !

C’est la clé pour bien concilier vie de famille et travail / passion !

Le bien-être de la femme sans soucis

Le conseil en plus de Madame Pas de Soucis

Vous avez du mal à déléguer ? Vous êtes perfectionniste et vous avez du mal à lâcher le contrôle ? Peut-être avez-vous tendance à faire les choses par vous même plutôt que de laisser les autres faire « moins bien », ce qui charge votre barque et remplit vos journées ?

Fleurs de Bach

Il y a deux fleurs de Bach qui pourraient vous aider : Rock water et Vine. 3 gouttes sous la langue 3 fois par jour pendant 20 jours.

Et puis bien sûr, j’en parlais plus haut, allez voir du côté du syndrome du besoin de reconnaissance : c’est peut-être lui qui vous pourrit la vie ?…

Voilà, vous arrivez à la fin de mon article, qui participe à l’événement “ Comment concilier sa vie de famille et sa passion” proposé par le blog Baladeacheval.com. Ariane est une fille extra, super dynamique, maman de 3 enfants qui a comme passion les chevaux… un sujet qui me parle, à moi pour qui les chevaux étaient tout pour moi quand j’étais enfant. 15 ans d’équitation, des années d’amour de ces « grosses bêtes » et du lien magique qu’on peut tisser avec elles.


Alors pour finir sur une note passionnée je vous invite à découvrir cet article sur les balades à cheval au bord de la mer qui me rappelle un de mes meilleurs souvenirs : un galop effréné sur une plage à marée basse. Que d’adrénaline, quelle sensation de liberté et de connivence avec mon cheval dans la joie pure de courir sur un sol parfait, le vent marin sur le visage et les rayons du soleil sur le corps… J’en frissonne rien que d’y repenser !

Cet article bien-être vous a plu ?

Partagez-le avec vos amies / soeurs / cousines pour qu’elles puissent elles aussi concilier leur vie de famille et leur travail / passion !

Cet article vous a plu ? Vous êtes libre de le partager ! ;-)

44 commentaires

  1. Hélène a dit :

    Je te suis très reconnaissante d’avoir écrit cet article. Merci pour ce très beau partage d’une vie de maman pas tous les jours facile. Je me ferai un plaisir de te préparer une chasse au trésor pour ton fils cet année, pense à déléguer, tu n’es pas seul!!

    1. Valérie Lehman a dit :

      C’est super gentil à toi, merci ! 🙂

  2. Cet article m’a beaucoup touchée… preuve qu’il y a des choses à revoir dans ma vie quotidienne ! merci beaucoup d’avoir partagé la méthode, j’aime beaucoup l’histoire des facettes que je comprends très bien, je vais l’appliquer. merci.

    1. Valérie Lehman a dit :

      Oui, cette modélisation par « facette » de mes priorités dans la vie m’a beaucoup aidée !

  3. Excellent article. En tant que mari, je trouve primordial de la jouer collectif afin de partager en couple ce qui nous accapare l’esprit à la maison et de réfléchir à comment on peut impliquer les enfants dans les tâches quotidiennes. Avec ma femme, nous avons un rituel chaque dimanche soir de partager nos agendas de la semaine à venir, cela nous permet de parler de ce que l’on veut faire la semaine mais vos conseils permettent d’aller plus loin. Merci

    1. Valérie Lehman a dit :

      Ca fait plaisir d’avoir un son de cloche masculin qui nous confirme que pour les maris / les papas c’est non seulement possible mais aussi important de jouer collectif !
      Ce genre de phrase fait du bien à entendre pour toutes les épouses / maman qui pensent devoir tout porter par elles-mêmes !
      Grand merci à toi !:-)

  4. Merci pour ton article ! Les fins d’années sont particulièrement sportives avec une urgence à ne pas rater pour les enfants 😉 ….les cadeaux sous le sapin ! Je suis particulièrement sensible à ce que tu écris étant dans le même cas : à mon compte, blogueuse et avec des enfants et perfectionniste. Un véritable challenge ! Pour moi, le plus dur reste de planifier, et d’admettre que certaines tâches ne seront pas réalisables. Merci!

    1. Valérie Lehman a dit :

      C’est important de ne pas s’oublier dans l’équation, effectivement, à vouloir TOUT faire et de manière PARFAITE. Comme on nous l’apprend quand on passe son brevet de secouriste, la première chose à faire quand on veut aider quelqu’un c’est de se protéger soi. Car si on tombe au sol aussi, ça n’aide ni la personne qui était au sol avant soi, ni le pompier qui va devoir sauver 2 personnes au lieu d’une.

  5. Bravo pour ton article! Je suis en garde alternée et finalement, ça rend plus simple l’organisation entre vie professionnelle, passion et vie familiale car un temps est pré-défini pour chaque « vie »! Bon de là à proposer le divorce comme solution ha ha, je n’irai pas jusque là!

    1. Valérie Lehman a dit :

      😀
      Effectivement, on ne va pas aller jusque là ! Mais ce que tu décris est un bon exemple d’une situation où tu n’as pas le choix, toutes les semaines tu es obligée de te mobiliser pour que les actions avec / sans les enfants soient faîtes en temps et en heure. Tu as réussi à transformer une « contrainte organisationnelle » en un atout pro et perso, bravo !

  6. Merci pour cet article et ses rappels qui passent souvent à la trappe. La fin d’année / début d’année est souvent opportun pour remettre les choses à plat et prioriser. Ca a été le cas aussi chez nous et c’était indispensable pour démarrer l’année de façon plus sereine qu’elle ne s’est terminée !
    Je dirais que ma plus grand difficulté est de faire des todo ou me mettre des objectifs réalistes et atteignables. Je crois qu’on a souvent tendance à en mettre trop, et du coup on se décourage…

    1. Valérie Lehman a dit :

      Oui, les to do list, sont utiles… mais les done-list et les not to do list aussi ! J’en parlerai dans un futur article ! 🙂

  7. Merci pour ces astuces, ces rappels et ces outils super utiles ! Je connais la matrice d’Eisenhower, je l’ai toujours dans un coin de ma tête, mais pas souvent le réflexe de l’adopter au quotidien ! Idem pour les objectifs SMART ! Merci aussi pour le rappel que les journées ne font QUE 24h (je m’en plains tout le temps !), mais qu’au final, 24h c’est beaucoup quand on est bien organisée et qu’on répartit bien les tâches !

    1. Valérie Lehman a dit :

      Eh oui, en fait 24h c’est énorme… si on les gère bien. Car finalement, si on gère mal, même si les journées faisaient 48h, on se retrouverait à nouveau charrette en temps ! 😀

  8. En tant que maman entrepreneure et avant manager avec des enfants à gérer en mode solo une semaine sur deux, tous ces sujets me parlent. Je connaissais le principe de la matrice d’Eisenhower mais je ne savais pas qu’elle s’appelait comme ça et surtout ça m’a rappelé de penser à déléguer le urgent non important. Et bravo pour ta reprise en main de l’organisation en phase de vie « compliquée ». Merci de l’avoir partagée, ça fait du bien de voir que cela n’arrive pas qu’à nous, contente de te voir démarrer l’année comme ça !!!

    1. Valérie Lehman a dit :

      Merci pour ton commentaire chaleureux !
      J’en parlais encore en consultation vendredi : certaines personnes font leurs pains, d’autres vont chez le boulanger. Il n’y a pas de mal à aller chez le boulanger ? Alors il n’y a pas de mal à déléguer.
      🙂

  9. Jojo a dit :

    Merci pour cet article remplit de bon conseil , en pleine reprise de boulot après un congé parental , ça me fait vraiment du bien de le lire ,je vais mettre en place ces conseil!

    1. Valérie Lehman a dit :

      C’est une sacrée transition. Prenez le temps de redémarrer tranquillement… mais sûrement, du coup ! 😉

  10. Très bon article. Je suis d’accord avec vous. Il faut, autant que possible, essayer de planifier au maximum pour mettre en place une routine. Pas facile de concilier vie perso et passion. Merci pour tous vos conseils 👍

    1. Valérie Lehman a dit :

      Pas facile… mais quand on y arrive, c’est tellement bon de se sentir vibrant et sur son chemin de vie !

  11. Merci pour cet article: je me sens totalement identifiée, et ce sera une aide précieuse pour moi. Je vais appliquer tes conseils pas à pas. Merci encore

    1. Valérie Lehman a dit :

      Je suis très heureuse que cet article t’ait aidée ! 🙂

  12. Merci pour cet article qui rappel les bases de l’organisation! Il n’est pas évident de jongler avec toutes nos casquettes et souvent on (je?) se (me) met des objectifs inatteignables! Mais avec un peu de réflexion et d’ajustement, on arrive à faire des merveilles dans tous les domaies!

    1. Valérie Lehman a dit :

      Effectivement, plus l’objectif est SMART, plus la probabilité de l’atteindre est importante. Ainsi le cerveau accepte de se mettre en mouvement dans cette direction là, et ensuite « il n’y a plus » qu’à mettre un pied devant l’autre pour avancer !

  13. Super Article ! Je te rejoins sur l’importance des routines. Cela semble un peu ennuyer d’avoir à faire toujours la même chose mais en vrai ces comme ça que l’on économise de l’énergie pour les choses importantes !

    1. Valérie Lehman a dit :

      C’est exactement ça !

  14. Excellent article, et je me retrouve bien dans ces difficultés de gérer son temps! Je vais vite me planifier des routines hebdo et mensuel, faut que je trouve du temps pour reprendre le sport!😜 merci

    1. Valérie Lehman a dit :

      Bravo pour cette première action de poser la planification de la suite importante

  15. Merci pour cet article très complet ! Les routines, les habitudes ont un impact très puissant sur notre quotidien. Et je pense que le maître mot c’est l’équilibre.

    1. Valérie Lehman a dit :

      Oui, les routines permettent de tranquilliser et apaiser le cerveau, qui peut alors se concentrer sur ce qui nécessite une vigilance forte ou une adaptation face à un imprévu.
      Grâce aux routines, on est moins dans le stress en permanence, OUF !

    2. Valérie Lehman a dit :

      Tout à fait !

  16. Merci pour cet article qui tombe à pic en ce début d’année, où nous devons revoir nos priorités. En tant que femme, on a souvent tendance à se challenger soi-même pour être « la superwoman », et on oublie parfois tous les bienfaits de « jouer en collectif ». Mettre en place des rituels en famille et apprendre à mieux communiquer sont effectivement des clés pour trouver un meilleur équilibre.

    1. Valérie Lehman a dit :

      Eh oui, ce n’est pas mon fils fan de super héros qui dirait le contraire : dans toutes les bonnes histoires de super héro, il y a un moment où le héro principal (tout super héro qu’il est) a besoin d’un coup de pouce, d’un partenaire pour réussir la difficile mission qui est la sienne !;-)

  17. Merci pour cet article qui me parle beaucoup ! Apprivoiser la charge mentale, c’est notre challenge du quotidien. Pour bien entamer cette année, et alléger cette charge, je me suis lancée dans un processus de désencombrement de la maison. Ce n’est pas parfait, mais ça aide à mieux respirer et s’organiser surtout lorsqu’on travail chez soi. C’est un article riche de précieux conseils. Merci encore.

    1. Valérie Lehman a dit :

      Super, et bravo vous ! Oui, le désencombrement – avec derrière les bienfaits du minimalisme – est un très bon outil pour alléger sa charge mentale.
      « Mieux vaut fait que parfait » : félicitez-vous d’avoir franchi cette étape, et profitez des bienfaits de cette action ! 🙂

  18. Super article ! J’ai beaucoup apprécié les conseils donnés pour trouver un équilibre entre la vie de famille et le travail/passion. J’avais justement déjà écris aussi un article sur le sujet que vous trouverez sur mon site et qui peut être un excellent complément au votre. Je pense qu’il est important de créer des temps spécifiques pour chaque activité et d’être honnête avec soi et ses proches lorsqu’on ne peut pas tout faire. En fin de compte, l’équilibre entre les deux est possible si on se donne les moyens de le trouver.

    1. Valérie Lehman a dit :

      Oui, c’est exactement ça : la solution est souvent en très grande partie en nous, et sur ces sujets là il est nécessaire (même si pas facile parfois) de se poser pour faire les choses dans le bon ordre, au bon moment. Il faut se donner (dans le sens « s’offrir ») les moyens de s’en sortir

  19. Une belle façon de se sortir la tête de l’eau, tu l’as expliqué très clairement ! Merci !

    1. Valérie Lehman a dit :

      Merci, ça n’a pas été facile sur le moment !

  20. Séverine a dit :

    Déléguer et impliquer la famille sont deux missions pas forcément évidentes… mais j’y travaille ! Merci pour cet article 🙂

    1. Valérie Lehman a dit :

      Effectivement, cela peut sembler difficile de prime abord, soit parce qu’on n’aime pas déléguer, soit car on a du mal à formuler la demande auprès de la famille.
      Dans le premier cas, il y a souvent une notion de perfectionnisme et de difficulté à lâcher-prise sur le fait que les autres feront moins bien potentiellement… avec quasi à coup sûr derrière un syndrome du besoin de reconnaissance : j’ai justement écrit un article sur le besoin de reconnaissance, qui pourrait faire écho.
      Dans le second cas la CNV dont je parle dans l’article est vraiment aidante.
      Après, il faut y aller un pas après l’autre ! 😉

  21. Intéressant comme sujet. Je pense que cela s’applique à tout le monde à un moment donné de sa vie. Surement que beaucoup de personnes se reconnaissent dans ton article, ce qui est mon cas et il est vrai que c’est pas facile tout les jours. de bon conseil, ce qui permet de voir les choses autrement. Article bien écrit. Bravo.

    1. Valérie Lehman a dit :

      Merci pour ton commentaire et tes compliments ! 🙂

  22. […] Voici ensuite Valérie du blog Madame Pas de Soucis. C’était vraiment très important pour moi que Valérie participe à mon carnaval d’articles car j’avais très envie d’avoir son point de vue sur le sujet. En effet, le blog de Valérie est consacré à l’allègement de la charge mentale des mamans, un sujet auquel je suis très sensible.  Voici son article, rempli de bonnes idées pour concilier vie de famille, travail et passion.  […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :