Bye bye charge mentale

Comment choisir ses bonnes résolutions et diminuer sa charge mentale ?

Comment choisir ses bonnes résolutions anti charge mentale

Cliquez sur « play » pour écouter le podcast, ou faîtes un clic droit ici, puis cliquez sur « enregistrer le lien sous » pour le recevoir sur votre appareil (pour l’écouter sur une tablette ou un smartphone par exemple).


Le début d’année est le temps des bonnes résolutions. Après une année tumultueuse et des fêtes de fin d’année souvent peu reposantes, on a en effet souvent envie de démarrer l’année suivante sur de bonnes bases. De nouvelles bases qui vous permettront d’éviter les difficultés de l’année précédente, en particulier toutes la fatigue et le stress de votre charge mentale de maman. Mais quand on a une vie de maman active, on a tellement de choses à faire et souvent tellement de frustrations en même temps qu’on peut facilement se tromper de cible, ou voir trop grand…Et se retrouver au bout de quelques semaines à jeter l’éponge avec déception / culpabilité / sentiment d’être nulle de ne pas y arriver… ou un mix des 3 ! Alors, vous voulez savoir comment bien choisir vos bonnes résolutions pour vraiment réduire votre charge mentale ?

Pas de soucis, la solution est ici !

Madame Pas de Soucis contre la charge mentale maternelle - vie de maman

Faîtes le bilan de votre année

Mais la première chose à faire avant de changer quelque chose dans votre vie : faîtes un bilan de votre année passée pour bien cibler ce qui doit être changé ! Ca paraît évident, mais le faîtes-vous ?

Quand on est au four et au moulin du matin au soir, à la maison comme au travail, il y a un paquet de sujets où on pourrait / voudrait améliorer les choses et diminuer la charge mentale. Mais mettre en place un changement, ça prend un peu de temps au départ. Il faut voir ça comme un investissement qui va devenir rentable sur la durée, mais en attendant, il est plus que probable que vous ne pouvez pas vous permettre de vous arrêter un mois pour lancer un chantier de fond sur TOUTE votre vie… 😉

Donc, pour bien choisir vos bonnes résolutions et diminuer votre charge mentale, posez vous un peu, et listez les sujets récurrents qui vous ont fatiguée / vous ont rendu la vie compliquée / vous ont stressée sur l’année précédente. En particulier bien sûr, voyez les causes et conséquence de votre charge mentale.

pour alléger votre charge mentale et choisir vos bonnes résolutions, commencez par faire un bilan de votre année

Quand c’est fait, arrêtez-vous juste un instant, et prenez la mesure de l’ampleur de vos tâches ! Je suis certaine que la liste est très longue. Félicitez-vous d’avoir abattu tout ce travail, puis voyez à quel point tout cela vous a impacté, à quel point votre charge mentale a été présente.

Ok, maintenant, vous avez votre liste des choses « à changer » (dans un monde idéal où vous n’auriez aucune contrainte, ce qui n’est pas le cas, mais on va voir plus loin comment faire justement). Mais pour bien choisir vos bonnes résolutions sans vous tromper de cible, il faut rajouter autre chose. Quoi ? Je vous dis ça tout de suite.

Faîtes briller la petite flamme en vous

Dans une vie, il y a toujours deux façons de voir les choses. Le bâton ou la carotte. Le verre à moitié plein ou à moitié vide. Les seigneurs Sith et les Jedis. Ah pardon, là je m’égare. 😀

Pour les bonnes résolutions c’est pareil. Il y a les choses qui ne vont pas et qui nous tirent vers le bas (on vient de les voir), et celles qu’on aimerait ajouter. Celles qui feraient briller la petite flamme en nous.

L’étape suivante, c’est donc de compléter cette liste initiale avec :

  • vos frustrations : tout ce que vous auriez aimé faire et que vous n’avez pas pu faire, ou pas complètement. Prendre du temps avec vos enfants / votre conjoint / votre famille / vos amis ? Prendre un temps pour vous détendre régulièrement ? Pour vous faire belle ? Pour vous amuser ?
  • vos aspirations : vous voulez perdre du poids ? vous voulez gagner plus d’argent ? vous voulez assouvir une passion ? faire un performance dans une activité sportive ou artistique ?
Contre la charge mentale des mamans, Madame Pas de Soucis vous conseille

Attention, ne confondez pas objectif et moyen de l’atteindre. Dans l’exemple de la perte de poids, l’objectif pourrait être de perdre 5 kg, le moyen pourrait être de vous remettre au sport. Là on parle bien d’objectif dans un premier temps. Pourquoi ? Tout simplement parce que si vous vous donnez en bonne résolution de « faire du sport 3 h par semaine » sans avoir l’objectif en tête, après à peine quelques semaines il y a fort à parier que vous allez préférer faire autre chose, et vous n’allez pas réussir à tenir vos bonnes résolutions !… avec le sentiment d’échet et toutes les émotions négatives que ça peut appoter. Pour bien choisir vos bonnes résolutions, il faut donc penser OBJECTIF.

Bref, vous avez compris.

Voilà, maintenant votre liste est complète. Plus qu’à passer à l’étape suivante : l’analyser pour cibler votre objectif de bonne résolution. Je vous explique tout de suite comment faire.

Visez la bonne cible pour bien choisir vos bonnes résolutions

Vous avez votre liste devant vous. Parfait.

Maintenant vous allez prendre les points les uns après les autres, et pour chacun d’eux vous allez évaluer entre 0 et 10 le gain en bien-être que vous auriez si cet objectif était atteint. 0, pas de bien-être de gagné. 10 le top du bien-être. Bien sûr, une des dimensions du bien-être importante, ça peut en particulier être une diminution de la charge mentale, ce sac à dos si lourd qui nous use tant, nous les mamans en particulier !

Ne trichez pas, ne mettez pas 10 à tout sinon vous n’allez jamais vous en sortir !

C’est fait ? Super !

Maintenant, vous allez prendre le top 3 des sujets qui ont la note la plus élevée, et pour chacun d’eux vous allez évaluer entre 1 et 3 le degré de difficulté que cela revêt de le mettre en place. 1 facile. 3 difficile.

Il y a plus que 3 sujets dans votre top 3 de note de bien-être ? Vous avez des ex-aequo sur le podium, genre 9 -8 – 8 -7-7-7 ? Alors prenez les tous, et faîtes l’exercice de l’évaluation du degré de difficulté pour chacun.

Voici quoi faire ensuite.

  • Si vous avez UN sujet facile dans votre top, et que toutes les autres sont plus difficiles, vous tenez votre gagnant. C’est CET objectif qu’il sera le plus pertinent de chercher à atteindre avec vos bonnes résolutions. Efforcez-vous de le formuler de manière SMART.
  • Si vous avez PLUSIEURS sujet faciles, prenez celui qui vous apporte le plus de valeur. Il sont ex-aequo en terme de valeur ? Ok, voyez celui pour lequel vous pouvez formuler l’objectif de la manière la plus SMART, et visez cet objectif. Ils sont tous SMART ?… bon ben, départagez-les avec le cœur alors ! 🙂
  • Si vous n’avez aucun sujet facile, vous avez deux possibilités :
    • Soit vous vous donnez du temps (il faudra un plan d’action plus long, de l’ordre de plusieurs mois) : dans ce cas, attaquez la liste des sujets moyennement faciles et reprenez l’analyse précédente pour choisir votre objectif cible
    • Soit vous voulez rester sur un objectif à plus court terme : dans ce cas reprenez la liste des sujets par note de bien-être, pour voir quel sujet un peu moins bien noté mais facile vous pourriez prendre comme objectif

Pourquoi on part sur les faciles si possible ? Pour mettre le maximum de chances de réussite de votre côté, pour un maximum de bien-être. Si vous avez ensuite envie de vous attaquer à quelque chose de plus difficile, quand le premier sujet sera traité, « feel free » comme on dit !

Voilà, normalement maintenant vous avez votre objectif. Plus qu’à passer à l’action pour choisir vos bonnes résolutions: voyons comment faire.

Plus qu’à faire ce qu’il faut, et choisir vos bonnes résolutions

Ne confondez pas besoin et solution au moment de choisir vos bonnes résolutions

Prendre des bonnes résolutions, c’est un engagement de moyens, pas un objectif en soi. « je me remets au sport ». « je vais prendre du temps pour moi toutes les semaines ». « je vais me coucher plus tôt ». « j’arrête de rapporter du travail à la maison »…. ce sont des moyens. Des moyens d’atteindre un objectif.. si on a pris le temps de le définir bien sûr !

Dans les exemples précédents, en fait, le réel besoin serait « je veux perdre 5 kg », « je veux me sentir plus détendue / moins agressive », « je veux être moins fatiguée », « je veux passer plus de temps de qualité en famille ».

C’est important de faire la différence ! Une des grandes erreurs que je constatais souvent quand j’étais chef de projet, et qui menait à coup sûr à l’échec du projet, c’était de confondre besoin (le pourquoi) et solutions (le quoi) , et du coup de perdre de vue le besoin. Car si on perd de vue le besoin, tout rebondissement du quotidien qui nécessite une adaptation va amener une dérive qui peut nous faire facilement manquer notre cible. Comme quand on part pour une croisière en mer et qu’on croise une tempête : si on n’a pas de boussole pour réajuster le cap du bateau à chaque grosse vague qu’on franchit, on a vite fait de se tromper de direction et de finir échoués sur une île déserte !

Pensez OBJECTIF !

Ciblez votre objectif

Mais ici, bonne nouvelle, définir le besoin, l’objectif, c’est ce qu’on vient de faire. Et comme on vise le bon objectif, cet engagement de moyens que vous allez définir va être juste, et va pouvoir tenir dans le temps…. Il sera juste par rapport à la direction à prendre, et juste par rapport à l’effort à fournir. Ni trop, ni trop peu. Et c’est ça qui va vous mener au succès !

Car l’étape suivante c’est effectivement de définir le plan d’action qui va vous permettre d’atteindre l’objectif. En particulier, vous allez choisir une action récurrente, nécessaire pour la réussite de votre projet.

Car c’est ça, choisir ses bonnes résolutions : définir une modalité nouvelle, parfois inconfortable au début mais dont vous voyez vraiment l’intérêt, que vous allez ancrer dans le temps pour que ça devienne une habitude de plus en plus facile, et qu’à la longue vous puissiez atteindre votre objectif de bien-être.

Exemples.

Pour que ça marche, une bonne astuce est aussi de tourner la formulation de manière positive : plutôt que de dire « je vais m’arrêter de faire ci » il vaut mieux dire « je vais faire ça ». Comme le montre une étude publiée en 2020 dans le journal américain PLOS One, le fait de formuler de manière négative va impliquer une privation dans l’esprit de la personne, qui contribue indirectement à l’abandon de la pratique. Sur les 1 066 personnes qui ont été interrogées sur leurs bonnes résolutions ,59 % des personnes qui avaient pris une bonne résolution formulée de manière positive l’avaient tenue, alors que seuls 47% y étaient arrivés quand la résolution était tenue de manière négative.

« J’ai pas le temps ! »

Pas le temps

Vous n’arrivez pas à planifier ces moments car « vous n’avez pas le temps » ? Comme je connais cette sensation ! C’est à ce moment là que le poids de la charge mentale, en particulier la charge mentale ménagère, pèse de tout son poids. Car oui, dans une journée, il n’y a que 24h et c’est trop court…. ou en fait dans 24 heures il y a 86 400 secondes et c’est énorme. Je vous jure que c’est vrai : lisez mon article sur Comment concilier vie de famille et travail / passion, vous comprendrez.

Au final ,ça y est, vous avez choisi vos bonnes résolutions, bravo ! 🙂

Plus qu’à les tenir maintenant. Pour cela je vous invite à lire mon article qui vous explique Comment tenir ses bonnes résolutions !

Pour terminer, il faut tout de même que je vous alerte sur un point, surtout pour vous qui avez une charge mentale importante. Car vous avez réussi à choisir vos bonnes résolutions sur la base de l’objectif réel que vous souhaitez atteindre, c’est top. Cependant il y a un point à ne pas oublier. Voici lequel.

Le conseil en plus de Madame Pas de Soucis

Le trajet est au moins aussi important

Contre la charge mentale des mamans, Madame Pas de Soucis vous conseille

Je suis sûre qu’il vous est déjà arrivé plein de fois d’atteindre un objectif, petit ou grand.

Mais souvenez-vous de ce qui s’est passé ensuite. Vous êtes-vous arrêtée là, à profiter enfin des fruits de votre labeur et de votre bien-être bien mérité ? Ou bien avez-vous rapidement identifié une autre situation qui n’allait pas, source de frustration et / ou d’inconfort ? Peut-être même êtes-vous repartie bille en tête sur un nouvel objectif, un nouveau choix de bonne résolution à faire et mener?

Au final, comme beaucoup de personnes, vous êtes peut-être dans la recherche perpétuelle d’un futur meilleur, plus confortable qu’aujourd’hui ? Ce qui voudrait alors dire que vous avez tendance à passer à côté de votre présent, un présent que vous percevez comme frustrant à bien des égards. Vous vous menez la vie dure jour après jour dans l’attente d’un demain qui répondrait enfin à toutes vos attentes. Un peu comme le trésor au bout de l’arc-en-ciel. Une chimère inatteignable qui vous prive d’une grande partie du bonheur du moment présent… et qui risque bien de vous créer un passé plein de regrets dans quelques temps.

Si vous vous reconnaissez dans cette description, sachez que je vous comprends totalement ! J’ai moi-même eu cette prise de conscience il y a peu de temps en écoutant le très bon épisode d’un podcast de développement personnel, Bye Bye Procrastination, qui parlait des pièges des objectifs. En écoutant cet épisode donc, moi qui traversais à ce moment là une période difficile où je cherchais désespérément à concilier ma vie de famille et ma passion / mon métier, j’ai eu une illumination. Une illumination qui m’a rappelé mes vacances quand j’étais petite fille, et qui m’a beaucoup aidée à retrouver de la sérénité, de la gratitude pour tout ce qui me rend déjà heureuse dans mon quotidien.

Vous allez comprendre.

maison bretonne

Quand j’étais petite, avec mes parents, l’été on partait quelques jours en vacances en Bretagne. On mettait les affaires dans la voiture, et hop, c’était parti. Au début, autoroute, ça allait vite. Mais arrivés en Bretagne, plus d’autoroute : c’était de la nationale limitée à 110, et des petites routes qui traversaient les villages jusqu’à notre destination. Frustrant d’arriver moins vite à destination ? En fait, non, car c’est finalement là que les vacances commençaient vraiment pour moi. Les églises en granit avec le son des cloches le dimanche matin, les maisons aux tuiles en ardoise, les hortensias bleus dans les jardins, le cri des goélands, l’odeur des crêpes bretonnes (enfin du beurre breton qui chauffe) , le bruit des haubans dans les mâts quand on s’arrêtait dans un port, l’odeur iodée de la mer, le vent sur le visage qui cingle et revigore en même temps…. Tout le charme de la Bretagne, qui m’émeut et recharge mes batteries encore aujourd’hui rien que d’y repenser… mais un charme que je n’aurais pas vécu si par un tour de magie on s’était téléportés depuis chez nous jusque devant l’appartement de ma grand-mère !

Ce que je veux dire pour en revenir aux bonnes résolutions, c’est qu’à trop vouloir atteindre l’objectif, il ne faut pas oublier le trajet ! Le voyage, c’est en grande partie le trajet, ce n’est pas que la destination.. et c’est ça qui fait le charme de la vie.

Alors, après avoir fini de choisir vos bonnes résolutions, quand vous passerez à la mise en œuvre, gardez l’objectif en tête, mais n’oubliez pas de profiter aussi de chacun des instants qui vous y amène . Pleinement. Fêtez les petits succès intermédiaires bien sûr mais aussi tout simplement profitez du bonheur du quotidien, loin de la charge mentale du « il faut encore faire » ci ou ça.

Je vous souhaite bonne et belle route vers votre objectif. Voyez vos bonnes résolutions comme des compagnes de route réconfortantes, des rituels amis à retrouver toutes les semaines pour vous montrer sur le chemin !

Cet article bien-être vous a plu ?

Partagez-le avec vos amies / soeurs / cousines pour qu’elles puissent elles aussi bien choisir leurs bonnes résolutions et réduire leur charge mentale !

Cliquez sur « play » pour écouter le podcast, ou faîtes un clic droit ici, puis cliquez sur « enregistrer le lien sous » pour le recevoir sur votre appareil (pour l’écouter sur une tablette ou un smartphone par exemple).


Le début d’année est le temps des bonnes résolutions. Après une année tumultueuse et des fêtes de fin d’année souvent peu reposantes, on a en effet souvent envie de démarrer l’année suivante sur de bonnes bases. De nouvelles bases qui vous permettront d’éviter les difficultés de l’année précédente, en particulier toutes la fatigue et le stress de votre charge mentale de maman. Mais quand on a une vie de maman active, on a tellement de choses à faire et souvent tellement de frustrations en même temps qu’on peut facilement se tromper de cible, ou voir trop grand…Et se retrouver au bout de quelques semaines à jeter l’éponge avec déception / culpabilité / sentiment d’être nulle de ne pas y arriver… ou un mix des 3 ! Alors, vous voulez savoir comment bien choisir vos bonnes résolutions pour vraiment réduire votre charge mentale ?

Pas de soucis, la solution est ici !

Madame Pas de Soucis contre la charge mentale maternelle - vie de maman

Faîtes le bilan de votre année

Mais la première chose à faire avant de changer quelque chose dans votre vie : faîtes un bilan de votre année passée pour bien cibler ce qui doit être changé ! Ca paraît évident, mais le faîtes-vous ?

Quand on est au four et au moulin du matin au soir, à la maison comme au travail, il y a un paquet de sujets où on pourrait / voudrait améliorer les choses et diminuer la charge mentale. Mais mettre en place un changement, ça prend un peu de temps au départ. Il faut voir ça comme un investissement qui va devenir rentable sur la durée, mais en attendant, il est plus que probable que vous ne pouvez pas vous permettre de vous arrêter un mois pour lancer un chantier de fond sur TOUTE votre vie… 😉

Donc, pour bien choisir vos bonnes résolutions et diminuer votre charge mentale, posez vous un peu, et listez les sujets récurrents qui vous ont fatiguée / vous ont rendu la vie compliquée / vous ont stressée sur l’année précédente. En particulier bien sûr, voyez les causes et conséquence de votre charge mentale.

pour alléger votre charge mentale et choisir vos bonnes résolutions, commencez par faire un bilan de votre année

Quand c’est fait, arrêtez-vous juste un instant, et prenez la mesure de l’ampleur de vos tâches ! Je suis certaine que la liste est très longue. Félicitez-vous d’avoir abattu tout ce travail, puis voyez à quel point tout cela vous a impacté, à quel point votre charge mentale a été présente.

Ok, maintenant, vous avez votre liste des choses « à changer » (dans un monde idéal où vous n’auriez aucune contrainte, ce qui n’est pas le cas, mais on va voir plus loin comment faire justement). Mais pour bien choisir vos bonnes résolutions sans vous tromper de cible, il faut rajouter autre chose. Quoi ? Je vous dis ça tout de suite.

Faîtes briller la petite flamme en vous

Dans une vie, il y a toujours deux façons de voir les choses. Le bâton ou la carotte. Le verre à moitié plein ou à moitié vide. Les seigneurs Sith et les Jedis. Ah pardon, là je m’égare. 😀

Pour les bonnes résolutions c’est pareil. Il y a les choses qui ne vont pas et qui nous tirent vers le bas (on vient de les voir), et celles qu’on aimerait ajouter. Celles qui feraient briller la petite flamme en nous.

L’étape suivante, c’est donc de compléter cette liste initiale avec :

  • vos frustrations : tout ce que vous auriez aimé faire et que vous n’avez pas pu faire, ou pas complètement. Prendre du temps avec vos enfants / votre conjoint / votre famille / vos amis ? Prendre un temps pour vous détendre régulièrement ? Pour vous faire belle ? Pour vous amuser ?
  • vos aspirations : vous voulez perdre du poids ? vous voulez gagner plus d’argent ? vous voulez assouvir une passion ? faire un performance dans une activité sportive ou artistique ?
Contre la charge mentale des mamans, Madame Pas de Soucis vous conseille

Attention, ne confondez pas objectif et moyen de l’atteindre. Dans l’exemple de la perte de poids, l’objectif pourrait être de perdre 5 kg, le moyen pourrait être de vous remettre au sport. Là on parle bien d’objectif dans un premier temps. Pourquoi ? Tout simplement parce que si vous vous donnez en bonne résolution de « faire du sport 3 h par semaine » sans avoir l’objectif en tête, après à peine quelques semaines il y a fort à parier que vous allez préférer faire autre chose, et vous n’allez pas réussir à tenir vos bonnes résolutions !… avec le sentiment d’échet et toutes les émotions négatives que ça peut appoter. Pour bien choisir vos bonnes résolutions, il faut donc penser OBJECTIF.

Bref, vous avez compris.

Voilà, maintenant votre liste est complète. Plus qu’à passer à l’étape suivante : l’analyser pour cibler votre objectif de bonne résolution. Je vous explique tout de suite comment faire.

Visez la bonne cible pour bien choisir vos bonnes résolutions

Vous avez votre liste devant vous. Parfait.

Maintenant vous allez prendre les points les uns après les autres, et pour chacun d’eux vous allez évaluer entre 0 et 10 le gain en bien-être que vous auriez si cet objectif était atteint. 0, pas de bien-être de gagné. 10 le top du bien-être. Bien sûr, une des dimensions du bien-être importante, ça peut en particulier être une diminution de la charge mentale, ce sac à dos si lourd qui nous use tant, nous les mamans en particulier !

Ne trichez pas, ne mettez pas 10 à tout sinon vous n’allez jamais vous en sortir !

C’est fait ? Super !

Maintenant, vous allez prendre le top 3 des sujets qui ont la note la plus élevée, et pour chacun d’eux vous allez évaluer entre 1 et 3 le degré de difficulté que cela revêt de le mettre en place. 1 facile. 3 difficile.

Il y a plus que 3 sujets dans votre top 3 de note de bien-être ? Vous avez des ex-aequo sur le podium, genre 9 -8 – 8 -7-7-7 ? Alors prenez les tous, et faîtes l’exercice de l’évaluation du degré de difficulté pour chacun.

Voici quoi faire ensuite.

  • Si vous avez UN sujet facile dans votre top, et que toutes les autres sont plus difficiles, vous tenez votre gagnant. C’est CET objectif qu’il sera le plus pertinent de chercher à atteindre avec vos bonnes résolutions. Efforcez-vous de le formuler de manière SMART.
  • Si vous avez PLUSIEURS sujet faciles, prenez celui qui vous apporte le plus de valeur. Il sont ex-aequo en terme de valeur ? Ok, voyez celui pour lequel vous pouvez formuler l’objectif de la manière la plus SMART, et visez cet objectif. Ils sont tous SMART ?… bon ben, départagez-les avec le cœur alors ! 🙂
  • Si vous n’avez aucun sujet facile, vous avez deux possibilités :
    • Soit vous vous donnez du temps (il faudra un plan d’action plus long, de l’ordre de plusieurs mois) : dans ce cas, attaquez la liste des sujets moyennement faciles et reprenez l’analyse précédente pour choisir votre objectif cible
    • Soit vous voulez rester sur un objectif à plus court terme : dans ce cas reprenez la liste des sujets par note de bien-être, pour voir quel sujet un peu moins bien noté mais facile vous pourriez prendre comme objectif

Pourquoi on part sur les faciles si possible ? Pour mettre le maximum de chances de réussite de votre côté, pour un maximum de bien-être. Si vous avez ensuite envie de vous attaquer à quelque chose de plus difficile, quand le premier sujet sera traité, « feel free » comme on dit !

Voilà, normalement maintenant vous avez votre objectif. Plus qu’à passer à l’action pour choisir vos bonnes résolutions: voyons comment faire.

Plus qu’à faire ce qu’il faut, et choisir vos bonnes résolutions

Ne confondez pas besoin et solution au moment de choisir vos bonnes résolutions

Prendre des bonnes résolutions, c’est un engagement de moyens, pas un objectif en soi. « je me remets au sport ». « je vais prendre du temps pour moi toutes les semaines ». « je vais me coucher plus tôt ». « j’arrête de rapporter du travail à la maison »…. ce sont des moyens. Des moyens d’atteindre un objectif.. si on a pris le temps de le définir bien sûr !

Dans les exemples précédents, en fait, le réel besoin serait « je veux perdre 5 kg », « je veux me sentir plus détendue / moins agressive », « je veux être moins fatiguée », « je veux passer plus de temps de qualité en famille ».

C’est important de faire la différence ! Une des grandes erreurs que je constatais souvent quand j’étais chef de projet, et qui menait à coup sûr à l’échec du projet, c’était de confondre besoin (le pourquoi) et solutions (le quoi) , et du coup de perdre de vue le besoin. Car si on perd de vue le besoin, tout rebondissement du quotidien qui nécessite une adaptation va amener une dérive qui peut nous faire facilement manquer notre cible. Comme quand on part pour une croisière en mer et qu’on croise une tempête : si on n’a pas de boussole pour réajuster le cap du bateau à chaque grosse vague qu’on franchit, on a vite fait de se tromper de direction et de finir échoués sur une île déserte !

Pensez OBJECTIF !

Ciblez votre objectif

Mais ici, bonne nouvelle, définir le besoin, l’objectif, c’est ce qu’on vient de faire. Et comme on vise le bon objectif, cet engagement de moyens que vous allez définir va être juste, et va pouvoir tenir dans le temps…. Il sera juste par rapport à la direction à prendre, et juste par rapport à l’effort à fournir. Ni trop, ni trop peu. Et c’est ça qui va vous mener au succès !

Car l’étape suivante c’est effectivement de définir le plan d’action qui va vous permettre d’atteindre l’objectif. En particulier, vous allez choisir une action récurrente, nécessaire pour la réussite de votre projet.

Car c’est ça, choisir ses bonnes résolutions : définir une modalité nouvelle, parfois inconfortable au début mais dont vous voyez vraiment l’intérêt, que vous allez ancrer dans le temps pour que ça devienne une habitude de plus en plus facile, et qu’à la longue vous puissiez atteindre votre objectif de bien-être.

Exemples.

Pour que ça marche, une bonne astuce est aussi de tourner la formulation de manière positive : plutôt que de dire « je vais m’arrêter de faire ci » il vaut mieux dire « je vais faire ça ». Comme le montre une étude publiée en 2020 dans le journal américain PLOS One, le fait de formuler de manière négative va impliquer une privation dans l’esprit de la personne, qui contribue indirectement à l’abandon de la pratique. Sur les 1 066 personnes qui ont été interrogées sur leurs bonnes résolutions ,59 % des personnes qui avaient pris une bonne résolution formulée de manière positive l’avaient tenue, alors que seuls 47% y étaient arrivés quand la résolution était tenue de manière négative.

« J’ai pas le temps ! »

Pas le temps

Vous n’arrivez pas à planifier ces moments car « vous n’avez pas le temps » ? Comme je connais cette sensation ! C’est à ce moment là que le poids de la charge mentale, en particulier la charge mentale ménagère, pèse de tout son poids. Car oui, dans une journée, il n’y a que 24h et c’est trop court…. ou en fait dans 24 heures il y a 86 400 secondes et c’est énorme. Je vous jure que c’est vrai : lisez mon article sur Comment concilier vie de famille et travail / passion, vous comprendrez.

Au final ,ça y est, vous avez choisi vos bonnes résolutions, bravo ! 🙂

Plus qu’à les tenir maintenant. Pour cela je vous invite à lire mon article qui vous explique Comment tenir ses bonnes résolutions !

Pour terminer, il faut tout de même que je vous alerte sur un point, surtout pour vous qui avez une charge mentale importante. Car vous avez réussi à choisir vos bonnes résolutions sur la base de l’objectif réel que vous souhaitez atteindre, c’est top. Cependant il y a un point à ne pas oublier. Voici lequel.

Le conseil en plus de Madame Pas de Soucis

Le trajet est au moins aussi important

Contre la charge mentale des mamans, Madame Pas de Soucis vous conseille

Je suis sûre qu’il vous est déjà arrivé plein de fois d’atteindre un objectif, petit ou grand.

Mais souvenez-vous de ce qui s’est passé ensuite. Vous êtes-vous arrêtée là, à profiter enfin des fruits de votre labeur et de votre bien-être bien mérité ? Ou bien avez-vous rapidement identifié une autre situation qui n’allait pas, source de frustration et / ou d’inconfort ? Peut-être même êtes-vous repartie bille en tête sur un nouvel objectif, un nouveau choix de bonne résolution à faire et mener?

Au final, comme beaucoup de personnes, vous êtes peut-être dans la recherche perpétuelle d’un futur meilleur, plus confortable qu’aujourd’hui ? Ce qui voudrait alors dire que vous avez tendance à passer à côté de votre présent, un présent que vous percevez comme frustrant à bien des égards. Vous vous menez la vie dure jour après jour dans l’attente d’un demain qui répondrait enfin à toutes vos attentes. Un peu comme le trésor au bout de l’arc-en-ciel. Une chimère inatteignable qui vous prive d’une grande partie du bonheur du moment présent… et qui risque bien de vous créer un passé plein de regrets dans quelques temps.

Si vous vous reconnaissez dans cette description, sachez que je vous comprends totalement ! J’ai moi-même eu cette prise de conscience il y a peu de temps en écoutant le très bon épisode d’un podcast de développement personnel, Bye Bye Procrastination, qui parlait des pièges des objectifs. En écoutant cet épisode donc, moi qui traversais à ce moment là une période difficile où je cherchais désespérément à concilier ma vie de famille et ma passion / mon métier, j’ai eu une illumination. Une illumination qui m’a rappelé mes vacances quand j’étais petite fille, et qui m’a beaucoup aidée à retrouver de la sérénité, de la gratitude pour tout ce qui me rend déjà heureuse dans mon quotidien.

Vous allez comprendre.

maison bretonne

Quand j’étais petite, avec mes parents, l’été on partait quelques jours en vacances en Bretagne. On mettait les affaires dans la voiture, et hop, c’était parti. Au début, autoroute, ça allait vite. Mais arrivés en Bretagne, plus d’autoroute : c’était de la nationale limitée à 110, et des petites routes qui traversaient les villages jusqu’à notre destination. Frustrant d’arriver moins vite à destination ? En fait, non, car c’est finalement là que les vacances commençaient vraiment pour moi. Les églises en granit avec le son des cloches le dimanche matin, les maisons aux tuiles en ardoise, les hortensias bleus dans les jardins, le cri des goélands, l’odeur des crêpes bretonnes (enfin du beurre breton qui chauffe) , le bruit des haubans dans les mâts quand on s’arrêtait dans un port, l’odeur iodée de la mer, le vent sur le visage qui cingle et revigore en même temps…. Tout le charme de la Bretagne, qui m’émeut et recharge mes batteries encore aujourd’hui rien que d’y repenser… mais un charme que je n’aurais pas vécu si par un tour de magie on s’était téléportés depuis chez nous jusque devant l’appartement de ma grand-mère !

Ce que je veux dire pour en revenir aux bonnes résolutions, c’est qu’à trop vouloir atteindre l’objectif, il ne faut pas oublier le trajet ! Le voyage, c’est en grande partie le trajet, ce n’est pas que la destination.. et c’est ça qui fait le charme de la vie.

Alors, après avoir fini de choisir vos bonnes résolutions, quand vous passerez à la mise en œuvre, gardez l’objectif en tête, mais n’oubliez pas de profiter aussi de chacun des instants qui vous y amène . Pleinement. Fêtez les petits succès intermédiaires bien sûr mais aussi tout simplement profitez du bonheur du quotidien, loin de la charge mentale du « il faut encore faire » ci ou ça.

Je vous souhaite bonne et belle route vers votre objectif. Voyez vos bonnes résolutions comme des compagnes de route réconfortantes, des rituels amis à retrouver toutes les semaines pour vous montrer sur le chemin !

Cet article bien-être vous a plu ?

Partagez-le avec vos amies / soeurs / cousines pour qu’elles puissent elles aussi bien choisir leurs bonnes résolutions et réduire leur charge mentale !

14 commentaires

  1. Je vais faire ça alors! Merci pour tout ces bons conseils.

  2. Merci pour ton article, j’adore ton dernier conseil, « le trajet est au moins aussi important »!. Ma bonne résolution de cette année est précisément de me sentir moins débordée au niveau pro et un bon moyen est de savourer le chemin déjà parcouru.

  3. Diane Revillard a dit :

    J’ai beaucoup aimé l’histoire de la Bretagne, c’est très parlant et elle permet de facilement mémoriser l’erreur.
    Un acronyme est également une superbe idée.
    Merci pour cet article très positif.

  4. Géniale ta manière d’écrire. A la fois du contenu intéressant, des conseils pratiques et ton expérience. Je suis d’accord aussi pour dire que le célèbre « je n’ai pas le temps » est une excuse facile. Personne n’a le temps. Mais en découpant en petites tâches quotidiennes et en priorisant nos projets, cela devient possible!

  5. Merci pour tous ces bons conseils ! Très important de regarder dans le rétro, se rappeler le chemin parcouru, se féliciter pour ce qui est déjà accompli… et prendre du plaisir en chemin comme tu le dis si bien !

  6. Je fais chaque année un bilan de l’année et mes objectifs pour la suivante et j’ai ajouté depuis 2 ans des objectifs perso comme tu l’évoques, je trouve ça aussi très important et tu as raison ça me fait du bien. Les objectifs ne sont pas forcément que boulot c’est sûr !! En revanche, j’ai jamais utilisé la méthode de priorisation que tu proposes, c’est une super idée.

  7. Merci pour cet article 😉 Il y a beaucoup de bonnes idées pour enfin tenir ses bonnes résolutions en 2023. J’aime beaucoup le principe de se dire que le plus important n’est pas de savoir si l’objectif fixé est atteint ou non, mais que je me suis donné tous les moyens de l’atteindre…

  8. Merci pour ce super article plein d’astuces. J’adore me rappeler que le chemin est au moins aussi important que la ligne d’arrivée.

  9. Cet article aborde un sujet important pour les mères actives, Il est vrai que débuter l’année avec de nouvelles résolutions peut aider à éviter les difficultés de l’année précédente, mais il est facile de se tromper ou de voir trop grand. Je suis d’accord avec vous qu’il faut choisir des résolutions qui aideront réellement à réduire la charge mentale. C’est un bon conseil pour les mères qui cherchent à améliorer leur qualité de vie et à éviter la déception, la culpabilité et le sentiment d’être nulle.

  10. Bonne idée, de trier ses bonnes résolutions. Quand on prend un gros paquet sans les prioriser on se retrouve finalement.. à ne rien faire ! Très bonne méthodo, merci.

  11. J’ai aimé le conseil de se concentrer sur l’objectif facile des tops. Cela permet d’obtenir des résultats rapides et cela vous donne envie de continuer dans la bonne direction.

    Mais d’un autre côté, ce conseil contient aussi le risque de se laisser distraire d’une autre résolution qui peut être beaucoup plus importante pour nous, comme cela arrive souvent dans la procrastination quand on commence à nettoyer la maison à fond (qui en profite clairement) en laissant de côté sans souffrir de mauvaise conscience pour le moment ce qu’on devrait vraiment faire.

    1. Valérie Lehman a dit :

      Effectivement je précise un peu ma pensée, il faut prévoir du temps pour cette bonne résolution à mener, mais il ne faut pas laisser non plus de côté le reste de sa vie !
      Comme je le disais dans mon précédent article qui explique comment concilier sa vie de famille et son travail /passion, il faut traiter les différents sujets importants de sa vie à tour de rôle. Et le mot clé est vraiment à tour de rôle.
      La méthode zen to done vous permet aussi de bien gérer les priorités, faire les choses au bon moment, et que les gros cailloux -qui représentent les éléments fondamentaux de notre vie – soient bien en place avant de chercher à glisser les plus petits cailloux puis les grains de sable, comme disait ce prof d’université

  12. Choisir. Avec ce simple mot tout est dit ! Se poser et décider de ses priorités.
    Merci pour tous ces très bons conseils qui parlent à tout le monde !

  13. Merci pour tous ces conseils pratiques. Celui qui je retiens en premier, c’est de définir d’abord les résultats que l’on veut obtenir avant de nous focaliser sur les moyens pour y parvenir.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *