Bien-être du corps

Les 10 aliments sans gluten les plus faciles à trouver

10 aliments sans gluten

Vous avez du mal à digérer, vous avez mal au ventre et vous vous sentez souvent gonflée après les repas ? Vous êtes fatiguée, parfois nauséeuse et avec un transit parfois trop rapide ? Vous avez peut-être une sensibilité au gluten, voire une intolérance au gluten. Vous voulez connaître les 10 aliments sans gluten les plus faciles à intégrer dans votre alimentation pour changer tout ça ?

Pas de soucis, la solution est ici ! 🙂

Madame Pas de Soucis vous présente 10 aliments sans gluten faciles à cuisiner

Le gluten c’est quoi ?

Le gluten c’est une protéine contenue dans certaines céréales dont le blé. Très exactement c’est un mélange de protéines appartenant à deux familles : les prolamines et les gluténines. La prolamine du blé, s’appelle la gliadine. La glutéline du blé est appelée gluténine. (Ce ne sont pas les mêmes dans d’autres céréales comme on verra plus loin). Et c’est justement la gliadine qui pose problème dans la maladie cœliaque.

Le gluten est très utilisé et apprécié dans l’industrie agro-alimentaire car elle ajoute de l’élasticité et de la résistance aux préparations. Sans compter que c’est ce qui fait gonfler le pain ! On en trouve donc dans les produits de boulangerie mais aussi dans beaucoup de préparations industrielles.

En fait, plus qu’une pure protéine, c’est un réseau de protéines qui se forme au contact de l’eau lors du pétrissage. Et c’est de là que vient une grande partie du problème sur le plan digestif. Avec la sélection de semences et les manipulations génétiques, le blé moderne produit un maillage de gluten extrêmement panifiable mais aussi extrêmement solide… et donc difficile à détruire lors de la digestion !

En alimentation saine et physiologique, par définition, on adapte les aliments en fonction des besoins nutritionnels de la personne mais aussi en fonction de ses capacités digestives. Pour avoir de l’énergie qui nous porte au lieu d’avoir des coups de barre et des fringales, manger des féculents le midi est la plupart du temps une bonne idée… MAIS pour certaines personnes manger des féculents qui contiennent du gluten n’est vraiment pas adapté !

Les 10 aliments sans gluten les plus faciles à trouver

Les céréales sans gluten

Parmi les féculents, la famille qu’on consomme le plus souvent au quotidien ce sont des céréales. Je ne parle pas du bol de corn flakes du petit déjeuner (quoique, ça en fait partie) mais vraiment de la céréale, la plante qu’on peut consommer telle quelle ou transformée (farine et donc pain / gâteaux, pâtes…). Voyons parmi ces céréales les aliments sans gluten qu’il faut choisir.

Le riz, l’aliment sans gluten évident

Le riz, aliment sans gluten par excellence

Riz long, riz basmati, riz thaï, riz noir, riz rouge, riz rond… Il y a de quoi faire ! 🙂

Choisissez-le complet de préférence – à moins que votre intestin ne le supporte pas – car le riz « blanc » (comprendre riz raffiné) a deux inconvénients.

D’abord le riz blanc constipe : c’est d’ailleurs ce qu’on donne aux enfants en cas de diarrhée ! Si vous avez un transit lent (on peut se le dire entre nous, ce qui se dit ici ne sortira pas d’ici !), j’ai justement écrit un article qui liste les aliments à éviter et ceux à éviter en cas de constipation.

Ensuite le riz blanc est acidifiant, comme toutes les céréales raffinées. Plutôt à éviter sur les terrains acidifiés, qui ont d’ailleurs souvent des inconforts digestifs type brûlure d’estomac, de l’eczéma, du psoriasis, des chutes de cheveux, des ongles fragiles, du stress, des problèmes de sommeil …. Si c’est votre cas, voici des conseils qui vont vous permettre de soulager vos brûlures d’estomac.

Donc prenez plutôt du riz complet : simplement vous veillerez à bien le rincer sous l’eau claire avant de le faire cuire…. et à anticiper un peu, car le riz complet, le « vrai riz » qu’on conseille en alimentation saine et physiologique, met 30 à 45 minutes à cuire. C’est normal, il est protégé par l’enveloppe du grain !

On peut aussi manger des nouilles de riz : vous trouverez cela au rayon de la cuisine asiatique en général.

Et bien sûr, le riz marche très bien dans les desserts comme dans les fameuses boules coco des restaurants chinois que vous pouvez faire par vous-même en suivant cette recette par exemple.

Le sarrasin : l’aliment gluten-free « breton » par excellence

Le sarrasin, l'aliment sans gluten "breton"

Aaah, la Bretagne ! Quelle magnifique région, avec un vrai terroir et de bons produits ! (je dis pas ça du tout parce que ma famille est d’origine bretonne ! 😉 )

On y mange souvent des galettes de sarrasin (que là bas on appelle des galettes de blé noir) : gentiment revenue à la poêle dans un peu de beurre (salé cela va sans dire), on y met ce qu’on veut (protéines, légumes, fromage)… On referme le tout et on sert avec un bonne petite salade… et on se régale !

Mais il y a d’autres formes que la galette bretonne pour manger du sarrasin : par exemple, connaissez-vous le kasha ? C’est du sarrasin grillé qui se cuit comme du riz. Très riche en protéines et en fibres, c’est un aliment très satiétogène… c’est donc l’ami des personnes qui veulent perdre du poids !

Vous avez aussi les nouilles japonaises, les soba. Il faut juste vérifier que celles que vous achetez sont bien sans gluten (dans certains produits, il y a du froment en plus – du blé tendre donc – et là vous auriez du gluten). Celles-ci par exemple seront ok pour vous. Ensuite, plus qu’à vous offrir un petit jour au japon avec un petit plat du type de cette recette de soba curry et poulet.

Le quinoa : LA céréale sans gluten qui contient tous les acides aminés essentiels

Le quinoa, céréale sans gluten riche en protéines

Avoir des aliments sans gluten dans ses féculents, c’est bien. Avoir des protéines en plus, c’est mieux ! Le quinoa est intéressant car il contient 14 % de protéines, ce qui est beaucoup pour une céréale.

En plus, le quinoa est la seule céréale qui contient tous les acides aminés essentiels. C’est quoi ? Ce sont les briques unitaires de protéines qui doivent obligatoirement être dans votre assiette parce que votre corps ne peut pas les fabriquer à partir d’autre chose.

Par contre, c’est vrai que le quinoa est produit en général en du Pérou ou de la Bolivie (à plus de 90% !). Pour l’empreinte carbone ce n’est donc pas le top… Un riz de Camargue est donc plus adapté si on intègre la dimension écologique (le sarrasin est produit principalement en Russie, en Chine et en Ukraine…)

Le maïs : la céréale sans gluten douceur

Le maïs : la céréale sans gluten sucrée

Ahh, le maïs ! Qui n’a pas un souvenir ému de séance ciné avec du pop corn, d’un bol de corn flakes croustillants au petit déjeuner le dimanche, ou d’épis de mais grillés pendant un barbecue ?… Moi, petite ce que je préférais c’était l’épis de maïs tout chaud avec du beurre fondu (salé, bretonne oblige) et du poivre… A manger avec les doigts et à ronger comme un os (sans trop se brûler) : top pour les enfants !

Le maïs ne contient pas de gluten, et est assez sucré en bouche. Pas très marqué en goût, il accompagne bien un plat de haricots rouges par exemple, pour faire un petit repas mexicain. Vous évitez les haricots rouges parce que vous les digérez mal ? C’est dommage car ils sont très intéressants d’un point de vue nutritionnels : vous trouverez dans cet article des astuces de préparation pour rendre les haricots rouges digestes !

Son inconvénient principal, comme pour le quinoa, c’est que d’un point de vue écologique, il n’est pas top non plus. Il est très gourmand en eau dans sa production ET vient principalement de l’autre bout de la terre : Etats-Unis, Chine et Brésil.

Il y a cependant une production européenne : si on souhaite manger du maïs dans une dimension éco responsable, on peut rechercher une production faite en Europe sur les étiquettes.

Quant à la consommation en eau, on peut la gérer différemment : quand on sait d’un côté que 80% de la production de maïs est à destination du bétail, et que de l’autre côté on sait qu’il faut 7 de kilos de céréales – en grande partie du maïs – pour faire 1 kilo de viande de boeuf, on peut indirectement consommer moins d’eau en mangeant moins de boeuf…. tout en étant aussi bien nourries (surtout si on met des légumineuses dans l’assiette, on en parlera plus loin)

L’avoine… eh oui !

Les flocons d'avoine : petit déjeuner sans gluten (si on les choisit bien)

Vous ne vous attentiez pas à voir l’avoine dans la liste dans aliments sans gluten, je suis sûre ! 😉

Jusqu’à il y a peu de temps, je rajoutais comme beaucoup de personnes l’avoine dans la liste de céréales contenant du gluten. J’ai appris depuis que l’avoine n’en contenait en fait pas nativement, tout du moins pas la forme qui pose problème sur le plan digestif ! En effet, contrairement au gluten de blé, le gluten d’avoine contient d’autres protéines plus digestes : sa prolamine est l’avénine, et sa glutéline est l’avélanine.

En revanche, l’avoine est la plupart du temps gérée par l’industrie agro-alimentaire côte à côte avec une des 3 céréales à gluten que ce soit dans les champs ou dans le processus de transformation… et l’avoine se retrouve donc facilement contaminée par le gluten !

Bon, si vous êtes vraiment intolérante au gluten / allergique au gluten / que vous avez une maladie cœliaque, et que vous êtes en éviction totale du gluten, par principe de précaution il reste raisonnable d’éviter l’avoine.

Mais si vous avez simplement une sensibilité au gluten ou que vous cherchez à diminuer votre consommation de gluten, consommer de l’avoine ne devrait pas poser de problème à condition que le produit ait le label « sans gluten » comme celui-ci par exemple.

Logo gluten free - sans gluten

Vous devriez donc pouvoir consommer des produits à base d’avoine qui portent ce logo, comme ceux de la marque Ma Vie Sans Gluten

Autres féculents sans gluten

Il n’y a pas que le riz et les pâtes dans la vie ! Il y a aussi d’autres féculents naturellement sans gluten.

La pomme de terre : le plus facile des aliments sans gluten à faire pousser partout dans le monde !

La pomme de terre : un aliment sans gluten qu'on trouve partout !

En purée, en salade froide, en frites, en robe des champs, rissolées, en gratin… Comme pour le riz, il y a de quoi faire !

Et ça pour le coup, on en a plein chez nous, des patates ! La production française de pommes de terre pour la consommation est de 5 à 6 millions de tonnes en moyenne par an, elle est le deuxième producteur de pommes de terre de consommation en Europe de l’Ouest.

Son index glycémique est plutôt bas si on les cuit à la vapeur (c’est beaucoup moins vrais si elles sont frites ou cuites au four !).

Elle contient aussi de nombreuses vitamines (vit C, vit B, vit E, vit K1, beta carotène précurseur de la vitamine A) et minéraux (zinc, potassium, phosphore, magnésium).

En plus, c’est pas cher, et on peut même en faire pousser dans son jardin (il faut juste bien les butter)!

Leur seul inconvénient c’est qu’elles se gardent moins bien que les autres aliments sans gluten. Bien sûr il faudra les conserver à l’abri de la lumière et dans un endroit frais, mais pas trop longtemps. Il faut les consommer rapidement quand elles commencent à ramollir, et il faut éviter de les consommer (en grande quantité !) à partir du moment où elles sont germées. En effet, elle contiennent alors de la solanine, un alcaloïde qui génère des troubles digestifs et peut générer des maux de tête et des hallucinations.

La patate douce, un féculent sans gluten qui a le vent en poupe

Patate douce

Originaire d’Amérique du Sud, la patate douce est un des 3 « légumes » les plus consommés au monde. Aujourd’hui, sa production en France augmente de plus en plus, même en région parisienne.

La patate douce est un chouette féculent sans gluten : avec son petit goût sucré, il suffit de lui ajouter un peu de lait de coco et des épices indiennes pour partir direct à l’autre bout du monde depuis votre salle à manger ! On peut d’ailleurs aussi la travailler en dessert.

Son index glycémique est bas, elle est très alcalinisante grâce à sa richesse en minéraux, et elle est riche en beta-carotène (d’où sa couleur) qui est le précurseur de la vitamine A très utile pour prendre soin de sa vision (entre autres).

Qui dit mieux ?

La châtaigne : l’aliment sans gluten de l’automne

Les châtaigne : l'aliment sans gluten de l'automne

La saison automnale est courte, certes, mais il faut en profiter de nos petites châtaignes !

On les utilise classiquement au moment des fêtes de fin d’année pour accompagner les volailles de fête, mais il y a aussi la farine de châtaigne que l’on peut utiliser toute l’année. Et quand je dis farine, cela peut bien-sûr être une utilisation en direct dans vos pâtisseries ou votre pain maison, mais cela peut aussi être dans des biscuits ou gâteaux du commerce. Par exemple, connaissez-vous le pain des fleurs ? C’est une espèce de biscotte plate sans gluten. Il en existe de nombreux parfums, mais moi j’avoue que j’aime bien le Pain des Fleur à la châtaigne justement. Avec de la purée d’amande dessus et un petit thé au jasmin en boisson chaude, je m’en régale au goûter !

Les haricots rouges : bons pour la santé, et faciles à digérer (si si !)

haricots rouges bienfaits et préparation

Les haricots rouges, je les adore ! J’ai même fait un article dédié sur les bienfaits des haricots rouges. Je n’en dis donc pas plus ici, je vous laisse lire l’article.

Vous les aimez aussi mais vous n’osez pas en manger de peur d’avoir des inconforts digestifs que la société n’apprécie pas ? (En clair, elles vous ballonnent et vous donnent des gaz ?). Comme je vous comprends ! Moi aussi je les évitais à cause de ça… mais ça, c’était avant que je devienne naturopathe et que je découvre 3 super astuces très simples pour les rendre digestes (j’ai encore testé le WE dernier : avec ces astuces, aucun problème pour qui que ce soit dans la famille !)

Les lentilles corail, l’aliment sans gluten 100 % pratique !

Les lentilles corail : un aliment sans gluten très pratique

Last but not least parmi les aliments sans gluten : les lentilles corail. Je les adore !

Rapides à cuire (10 minutes seulement, voire moins si on ne veut pas de retrouver avec une purée). Pas besoin de trempage tellement c’est tendre. Facile à marier avec une céréale comme du riz complet pour avoir dans l’assiette tous les acides aminés dont votre corps a besoin… c’est le top !

Elles ont un index glycémique bas : elles vous portent donc en énergie pendant plusieurs heures sans vous faire une hypoglycémie ni une fringale.

Elles sont riches en fibres, ce qui favorise le transit et sert de coupe-faim naturel.

Elles contiennent des vitamines B et en particulier de la vitamine B9 dont les femmes enceintes (et les fumeurs) ont bien besoin.

Elles sont aussi riches en fer et permettent donc de lutter contre les anémies….

Bref, elles sont géniales !

La seule chose à faire pour bien les préparer, c’est de les rincer à l’eau claire dans une passoire avant cuisson. Cela éliminera l’acide phytique de surface, qui pourrait freiner l’absorption des micro-nutriments qu’elles contiennent (vitamines et minéraux)

Le conseil bien-être en plus de Madame Pas de Soucis

Madame Pas de Soucis vous suggère

Comment faire du pain sans gluten ?

Faire votre pain vous-même est une bonne solution, car vous aurez alors vraiment le contrôle sur ce que vous mangez. En plus les machines à pain ne sont plus si chères que ça de nos jours. : moi j’en ai une depuis des années, j’en suis vraiment contente ! Certaines machines font même des programmes « sans-gluten » prêts à l’emploi : le top. Dans tous les cas, sachez que le temps de cuisson est plus faible pour un pain sans gluten que pour un pain au blé.

Ce pain, bien sûr, vous le ferez lever au préalable avec un levain sans gluten, fait à base de quinoa par exemple comme celui-ci ou de sarrasin comme celui-là.

Maintenant ce qu’il faut savoir sur ces pains, c’est que par définition, ils sont plus difficilement panifiables puisqu’ils n’on pas de gluten. En particulier ils sont souvent plus denses que les pains au blé. « Comment faire pour changer ça ? » me demande-t-on souvent. Je ne vais pas vous mentir : un pain sans gluten sera toujours moins moelleux qu’un pain avec gluten. Vous pouvez cependant arranger un peu les choses avec des produits (naturels bien sûr !) comme le Mix’gom de Ma Vie Sans Gluten. Ses fibres vont rajouter un côté moelleux très agréable.

5 (+1) possibilités de plus pour varier les plaisirs

Moins connus mais pour varier les plaisirs, vous pouvez aussi tester les aliments sans gluten suivants :

  • Le souchet, notamment dans les gâteaux comme dans ma recette de muffin sans lactose ni gluten
  • Le fonio
  • Le millet
  • Le riz sauvage (qui n’est pas du riz !)
  • Le manioc

Et puis bien sûr vous avez toutes les autres légumineuses qui sont aussi des aliments sans gluten : pois chiches, pois cassés, fèves, haricots blancs, haricots azukis, lentilles vertes, lentilles beluga, petits pois (oui oui, les petits pois sont des féculents)…

Les céréales à gluten

Avoir en tête les aliments sans gluten c’est bien, mais quand on n’est pas chez soi et qu’on ne choisit pas ses féculents, il est important aussi de savoir lesquels en contiennent pour au moins s’efforcer de les éviter !

Ca c’est facile, il y en a 3 à connaître : les 3 céréales qui contiennent du gluten sont le blé, l’orge, et le seigle.

Du coup il faudra supprimer ces céréales ET lire les étiquettes pour éviter aussi les produits transformés qui en contiennent : pain, pâtes, gâteaux industriels (ou faits maison !), pâtes à tarte prête à l’emploi, pizza…

Pour l’avoine, on en parlait plus haut, tout dépend de la façon dont il a été produit et transformé.

Le blé moderne quant à lui est certainement la céréale à gluten la plus indigeste actuellement… et paradoxalement la plus répandue ! A moins d’être vraiment intolérante au gluten et à n’avoir donc le droit à aucun écart du gluten-free, vous pouvez cependant tester le pain au levain, plutôt que le pain levé à la levure de boulangerie. Le pain au levain est en effet beaucoup plus digeste. Pourquoi ? Car les conditions de pH acides d’un pain levé au levain activent lors de la poussée du pain une protéase qui commence déjà à digérer (et donc détruire) le réseau de gluten… ce qui n’est pas le cas si le pain est levé à la levure.

Cette petite vidéo vous montre vraiment à quel point l’utilisation du levain change tout !

Cet article bien-être vous a plu ?

Dîtes-moi en commentaire parmi ces aliments sans gluten celui que vous préférez.

#madamepasdesoucis #naturopathie #bienetre #acteurdevotresante #glutenfree #sansgluten #alimentssansgluten

Cet article vous a plu ? Vous êtes libre de le partager ! ;-)

31 commentaires

  1. Merci pour cet article. Ta recommandation serait de favoriser les aliments sans gluten, sans pour autant supprimer totalement les aliments avec gluten, pour retrouver un confort digestif?
    J’ai déjà testé le levain avec de la farine de blé, mais je ne sais pas une fois mon levain fait, comment l’utiliser correctement, tu aurais des astuces? Merci pour tes réponses. Et pour tes précieux articles, car ce n’est pas la première fois que je te lis ^^

    1. Valérie Lehman a dit :

      Ecarter totalement le gluten, à moins d’être vraiment intolérante, c’est très contraignant, surtout par rapport à la vie sociale ou professionnelle.
      Je préfère effectivement suggérer de le limiter en choisissant autre chose quand c’est possible. En plus c’est agréable de varier les plaisirs !
      Pour le levain, soit on en achète du tout fait (déshydraté, qu’on met dans sa machine à pain comme on mettrait de la levure par exemple), soit on le fait soi-même mais cela demande une logistique particulière, puisqu’il faut le « nourrir » régulièrement : cet article détaille bien les actions à réaliser : https://www.marmiton.org/cuisine-fait-maison/faire-du-levain-s3010544.html

  2. Merci pour toutes ces bonne idées ! J’avoue avoir un faible pour le sarrasin, les diverses patates et les châtaignes, miam 🙂 Par contre, l’avoine c’est compliqué chez moi… probablement pas à cause du gluten mais plutôt des fodmap qu’il contient.

    1. Valérie Lehman a dit :

      Dans votre cas, il pourrait être intéressant de regarder si cette avoine est garantie sans gluten d’une part, et si elle est complète d’autre part (beaucoup plus digeste)

  3. Super article très complet, mon aliment préféré de la liste le quinoa , je le fais en recette salé ou sucrée, j’aime aussi le sarrasin, les bonnes galettes bretonnes 😜

    1. Valérie Lehman a dit :

      Aaaaaaaah les bonnes petites galettes bretonnes….. 😉

  4. Article très intéressant Valérie ! Je me posais toujours certaines questions sur les aliments sans gluten 🙂 J’ai pu approfondir mes connaissances. Rien qu’avec les patates douces, le quinoa, les lentilles de corail, le sarrasin et les châtaignes, je me régale 😉

    1. Valérie Lehman a dit :

      Quels bons choix ! Moi aussi j’adore ! 🙂

  5. Merci pour cet article qui ouvre plein de nouvelles perspectives. Le quinoa est probablement mon préféré, mais je n’ai pas (encore) testé le souchet, le fonio, ni le millet! Tu les achètes où?

    1. Valérie Lehman a dit :

      Je les achète en magasin bio : dans mon La Vie Claire par exemple, j’en achète souvent !

  6. Bon article, étant moi-même sensible au niveau du gluten. Tous les aliments que tu cites sont utilisés dans ma cuisine. La plupart des gens non renseignés sur le sujet trouvent qu’il est difficile de cuisiner sans gluten, mais en fait il n’en est rien, c’est juste un changement de régime alimentaire et c’est ça en fait que les gens trouvent dur 🙂

    Revenir aux fondamentaux : Légumes, fruits… (produits non transformés ou semi-transformés).

    De plus étant Brain Coach, j’ai étudié le sujet et selon les études il a été démontré que le gluten crée une inflammation au niveau entre autres du cerveau…

    1. Valérie Lehman a dit :

      Tout à fait, c’est une question d’habitudes alimentaires. Et effectivement les légumes et autres produits non transformés sont la base de l’alimentation saine physiologique, sur laquelle je prépare un article !
      Tout à fait d’accord sur le lien entre gluten et système nerveux : il a tendance à créer une inflammation intestinale, qui affecte le système nerveux entérique (le « deuxième cerveau ») en lien avec notre cerveau d’une part, et d’autre part il crée une perméabilité intestinale qui crée de l’inflammation. Or ces molécules inflammatoires circulent ensuite dans tout l’organisme, et comme le cerveau est irrigué en sang de préférence aux autres organes, il récupère en premier lieu ces molécules inflammatoires !

  7. Après avoir lu l’article, je prends conscience que le blé est finalement facile à remplacer… C’est fou comme on en fait un incontournable des repas ! Curieuse d’essayer les pains sans gluten, c’est vraiment LE truc qui bloque pour limiter le gluten.

    1. Valérie Lehman a dit :

      Eh oui, le blé est partout… mais il y a plein d’autres possibilités : à tester pour le plaisir du ventre mais aussi des papilles !

  8. Quel bel article, bien complet et si utile, qu’on veuille éliminer le gluten de son alimentation ou qu’on veuille simplement trouver des alternatives au blé qui risque de manquer sur les marchés.
    Merci beaucoup.

    1. Valérie Lehman a dit :

      Merci pour votre commentaire 🙂

  9. Article très intéressant, merci ! J’ai un petit faible pour la châtaigne 🙂 Le petit épeautre ou engrain ne contient pas non plus de gluten et le grand épeautre non hybridé contient du gluten dont la structure n’est pas sensibilisante pour l’intestin. Après avoir rétabli l’intestin, on peut généralement consommer du grand épeautre non hybridé. Voilà pour mon retour d’expérience 🙂

    1. Valérie Lehman a dit :

      Merci pour ce commentaire et sur le fait de parler de l’épeautre, qu’effectivement je n’ai pas évoqué !
      En fait, j’ai cru aussi pendant longtemps que le petit épeautre ne contenait pas de gluten… mais après avoir fait des recherches récemment sur le sujet il semble que ce ne soit pas si vrai que ça : il en contiendrait 7% ! https://observatoire-des-aliments.fr/sante/petit-epeautre-une-solution-pour-les-sans-gluten
      Donc pour les personnes qui veulent éviter le gluten le plus possible, c’est bien, pour celles qui sont vraiment intolérantes et doivent avoir 0 gluten, ça ne va pas : il faut aller vers autre chose. L’intérêt du petit épeautre (comme du grand épeautre) pour les personnes qui sont justes sensibles au gluten, c’est que son gluten est moins problématique et a moins tendance à créer une perméabilité intestinale qui favorise les maladies auto-immunes ensuite. Car en effet, en naturopathie on accompagne la cicatrisation de l’intestin dans ces problématiques d’inconfort digestif !

  10. Ton article est vraiment très intéressant ! Il y a quelques années, je me suis lancée dans un régime sans gluten. J’en ai ressenti beaucoup de bienfaits, mais je manquais d’informations comme celles-ci. Merci à toi de les partager !

    1. Valérie Lehman a dit :

      On se sent bien mieux en limitant le gluten c’est sûr !
      Merci pour ton retour d’expérience !

  11. Wahou ! Ton article est bien détaillé, merci beaucoup ! ça me donne envie de riz avec des lentilles du coup *rire 😀

    1. Valérie Lehman a dit :

      Bon appétit ! 😉

  12. Super article merci! chez nous c’est très peu de gluten , j’ai été à bonne école avec le régime Paleo. maintenant, on en mange de temps en temps, mais coté transit je le sens direct 😉
    J’adore, les lentilles corail! j’en fait souvent!

    1. Valérie Lehman a dit :

      Oui, le transit va tout de suite mieux !
      Merci pour ce retour d’expérience !

  13. Article très complet, je ne savais pas que le riz, les pommes de terre et les lentilles corail étaient sans gluten et que le gluten pouvait conduire à une mauvaise digestion et des ballonnements ! C’est bon à savoir ! 🙂

    1. Valérie Lehman a dit :

      Je suis heureuse d’éclairer vos choix !
      Merci pour votre commentaire !

  14. Merci pour cet article, que je vais m’empresser de partager avec une collègue qui ne dois plus consommer de gluten. C’est un vrai casse tête et je suis sure que la recette de pain sans gluten va la séduire. Merci beaucoup.

  15. Merci beaucoup pour cet article qui m’a été très utile 🙏 … je ne manquerai pas de le partager autour de moi et sur mes réseaux.

    1. Valérie Lehman a dit :

      C’est un plaisir !
      🙂

  16. Merci, je transfère à ma belle sœur qui est intolérante au gluten ! Je pense à chaque fois que je ne peux pas lui préparer des pommes de terre, lol… Merci pour l’explication sur ce qu’est le gluten, je ne savais pas ! Et puis à chaque fois tes articles me donnent l’eau à la bouche et envie de cuisiner 😊

    1. Valérie Lehman a dit :

      C’est avec plaisir !
      Je suis heureuse de contribuer aux bonnes relations familiales avec ta belle-soeur ! 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :